TopoLocal fait des rénovations. Le contenu de l'été et d'autres fonctionnalités vont s'ajouter dans les semaines qui viennent.

Comment 47$ de taxes deviennent 2,3 milliards de dollars d’aide du gouvernement? Grâce aux relations publiques!

Le gouvernement du Québec a annoncé le 25 septembre une «  aide financière de 2,3 milliards de dollars » pour soutenir les municipalités à travers la crise. En fait, l’annonce a été faite par Québec et Ottawa verse la moitié de la somme, mais ultimement, rien d’étonnant, ce sont les contribuables qui paient la facture.

Les communications gouvernementales à tous les niveaux ont toutefois l’habitude de présenter ce genre d’annonce un peu comme un cadeau.

Dans le contexte actuel, où une hausse de taxes est peu probable, cette somme viendra certainement augmenter la dette publique. Peu de gens vont s’en scandaliser d’ailleurs. Avouons quand même que nous ne verrons pas de communiqué qui dit: « Le gouvernement nous endette de 2,3 milliards de plus pour aider à passer à travers la crise ». Mais ce titre serait nettement plus juste.

Les municipalités en obtiennent moins que la moitié

De plus, puisqu’on éclaircit les faits, ce n’est pas tout à fait une aide aux municipalités proprement dite. En fait, 1,2 milliard de dollars, plus de la moitié, seront versés aux organismes de transport en commun.

À courte vue, le gros de ce montant profitera donc à Montréal et un peu à sa couronne, puisque c’est là que se concentre la plus importante part du transport en commun. Il faut cependant ajouter que c’était couru d’avance.

Les municipalités n’ont pas le droit de faire des déficits, et les gouvernements n’ont pas vraiment le choix que d’éponger les déficits du transport collectif. Voilà pour la moitié de l’« aide » annoncée.

Reste quand même 1,1 milliard

Il reste donc 1,1 milliard de dollars qui sont annoncés pour les municipalités.

Pour dire vrai, on devrait probablement dire 700 millions, puisque le total inclut 400 millions qui avaient déjà été annoncés en juin. 

Et ce 700 M$ restant devient 400 M$ si on soustrait les 300 M$ qui seront à verser en 2021 et dont la répartition n’est pas encore décidée.

Bref, ce qu’on annonce, c’est 400 M$ de plus que les 400 M$ déjà annoncés pour payer les nombreux services d’urgence que les municipalités ont assuré depuis le début de la grande pause du Québec en mars 2020. Cela n’a par ailleurs rien d’étonnant puisque Québec avait dit aux municipalités de faire le travail et s’était engagé à payer la facture.

Dans le grand vase communicant des taxes que nous payons à l’ensemble de nos gouvernements, ces 400 M$ représentent 47$ par citoyen québécois. Si les municipalités ne recevaient pas ce montant, on peut imaginer, pour fins de comparaison, que Stéphane Maher à Saint-Jérôme aurait pu créer une « taxe COVID », comme il l’avait fait avec sa « taxe police » en 2019.

Ce qu’on nous annonce, donc, c’est que le gouvernement a pris une décision urgente et que maintenant on paie la facture. Sans aucun doute, c’est exactement ce qu’il fallait faire. Ce sont nos taxes à l’oeuvre, comme quand on déneige les routes, comme quand il coule de l’eau dans l’aqueduc.

Mais je vous avoue que je suis agacé de me faire dire que c’est de l’« aide ».

Je vais encore reformuler sous forme de comparaison. Je vous invite au restaurant. Puisque je vous invite, c’est clair que je vais payer l’addition. Sauf que mon argent, c’est votre argent, car on a un compte conjoint!

Bon d’accord, on peut bien, entre nous, par politesse, convenir que je vous ai invité. De toute manière on a partagé le plaisir… et il faut bien manger.

Et je complète la comparaison

En sortant du restaurant, j’invite les journalistes à nous prendre en photo. Je vous serre la main en souriant et j’annonce comme je me réjouis de vous aider.  Vous vous sentez peut-être arnaqué, offusqué, peut-être même humilié, mais plusieurs vont mordre à l’hameçon et annoncer que je vous aide.

Ça, mes chers lecteurs, c’est ce qu’on appelle des « relations publiques ».

Mais il y a plus, le maire de Saint-Jérôme, tout comme le maire de Terrebonne, tout comme la présidente de l’Union des municipalités du Québec, tout ce beau monde a annoncé publiquement qu’ils se « réjouissent » de cette « aide ».

Ainsi, des millions d’entre nous ont pu lire que nous recevons de l’aide et que nos élus se réjouissent. Ça aussi, c’est des relations publiques.

Quand on vous disait que ça allait bien aller…

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

1 réflexion au sujet de “Comment 47$ de taxes deviennent 2,3 milliards de dollars d’aide du gouvernement? Grâce aux relations publiques!”

  1. Bravo Topo local, ça c’est de l’information, pilier d’une démocratie et non relations publiques par médias interposés.

    Répondre

Laisser un commentaire

TopoLocal