Le jour de notre de naissance, nous sommes tous égaux. C’est le lendemain que ça commence à moins bien aller. Enfin, ça dépend pour qui. Quand on a fait le tour de tout ce qui peut déterminer le genre de parcours scolaire que nous aurons, trois choses ressortent à tous les coups : qui nous a mis au monde, l’endroit où on est né et le milieu où on va grandir. À ce jeu, tous n’ont pas les mêmes cartes en main. Bien sûr, ce n’est pas juste, dès le départ. Et la première des injustices, c’est trop souvent la naissance.

Marc St-Pierre est un auteur partenaire de TopoLocal. Deux formules sont offertes pour supporter son travail: un abonnement qui se renouvelle chaque mois ou un abonnement pour l'année. *Les revenus sont partagés à parts égales entre l'auteur et le média, et incluent les taxes en vigueur au Québec.

Face à ces inégalités, certains, comme on dit, sont encore moins égaux que les autres. Ils arrivent à l’école loin d’être prêts à pousser un crayon, la tête ailleurs, des bleus au cœur ou sur les bras et quelquefois, le ventre vide. Heureusement, beaucoup d’éducateurs croient et crient encore que la fatalité n’existe pas, qu’il n’y a que des décisions à prendre et des actions à poser.

J’ai utilisé à dessein le mot « éducateurs », car contrairement aux enseignants, qu’on retrouve principalement dans les écoles et qui sont des éducateurs professionnels, des éducateurs, disons « naturels », il y en a partout. Ils sont tantôt moniteurs, entraîneurs, concierges mais aussi propriétaires d’entreprise, travailleurs ou bénévoles dans des organismes communautaires, des comptoirs alimentaires, infirmières, commerçants, conseillers municipaux, jeunes engagés, universitaires, membres d’associations, de syndicats, banquiers, artistes ou bibliothécaires. 

Tous ces gens ont la force et la capacité, pour peu qu’on les regroupe, de poser des actions qui vont changer des parcours de vie de beaucoup de nos jeunes et vaincre la fatalité. Unir ces gens dans l’action, les supporter, mettre à leur disposition des ressources, quartier par quartier, ville par ville, région par région, pour qu’ensemble ils puissent faire une différence, faire en sorte que plus de jeunes persévèrent dans leurs études et obtiennent un diplôme, c’est le cœur du travail d’organismes comme le PREL, les Partenaires pour la Réussite Éducative dans les Laurentides. 

Le PREL, c’est environ 50 groupes ou organisations, de toutes les sphères de la société, qui se concertent et qui chapeautent plus d’une trentaine de projets d’interventions sur le territoire des Laurentides, dont plus de la moitié sur les territoires des MRC de la Rivière-du-Nord, d’Argenteuil et de Mirabel. 

Il y a quelques jours le député de Saint-Jérôme annonçait au nom du ministre de l’Éducation que le gouvernement du Québec continuera de supporter le travail du PREL en lui accordant une subvention d’un million de dollars par année pour les trois prochaines années

De toutes les régions du Québec, celle des Laurentides affiche les meilleurs taux d’amélioration de la réussite et de la persévérance scolaires au Québec. Si cette amélioration repose avant tout sur le travail réalisé par ce qu’on appelait autrefois des Commissions scolaires, la contribution du PREL est tout de même tangible. 

Juste à titre d’exemple, les actions soutenues par le PREL dans les communautés, uniquement pour ce qui concerne l’acte de lire, visent à favoriser l’éveil à la lecture et susciter l’intérêt chez les enfants de 0 à 9 ans; accroître et maintenir l’intérêt pour la lecture chez les jeunes de 10 à 20 ans; renforcer les habiletés des parents en lecture et en écriture (notamment de ceux qui sont peu scolarisés) et rehausser leurs compétences en la matière.

Je vous invite, pour en savoir plus long, à visiter le site Web du PREL, au www.prel.qc.ca. Il est également possible de consulter le rapport annuel 2019-2020 de l’organisme : https://prel.qc.ca/wp-content/uploads/2020/11/2020-PREL-RapportAnnuel-2019-2020-V8-Web-144.pdf.  À l’intérieur du rapport, vous pourrez consulter la liste des projets soutenus par le PREL et le financement accordé à chacun d’eux. Vous pouvez aussi accéder directement à la liste des partenaires : https://prel.qc.ca/nos-partenaires.

J’écrivais en introduction qu’en début parcours scolaire, et tout au long de celui-ci, tous n’ont pas en main les mêmes cartes. Et si la mission du PREL n’était pas de distribuer des as de cœur à tout le monde, mais d’apprendre à mieux jouer avec les cartes qu’on a?

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Quelque chose à ajouter?
Écrire un commentaire Cancel
Comments to: 3 M$ pour la réussite éducative dans les Laurentides, mais pourquoi au juste?

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter une image - seuls les png, jpg, jpeg et gif sont admis.

Édition, révision et/ou contribution
Vous voulez suivre Marc St-Pierre sur les réseaux? C'est par ici!

Se connecter

Bienvenue sur TopoLocal
Notre site existe pour vous informer
Créer votre compte
Créer un compte sur TopoLocal est gratuit. Une fois votre compte créé, il vous sera parfois offert de vous abonner, pour moins de 2$ par semaine.