Ce n’est plus qu’une formalité, Stéphane Maher, reconnu coupable de manoeuvre électorale frauduleuse, sera démis officiellement de ses fonctions. Condamné le 30 novembre, Maher avait jusqu’au 29 décembre pour faire appel. Compte tenu qu’il n’y a pas d’appel, le mandat de Maher a officiellement pris fin le 29 décembre.

Une porte parole de la Commission municipale du Québec, Isabelle Rivoal, a confirmé à TopoLocal que la greffière de la Ville de Saint-Jérôme a avisé officiellement la commission que Maher ne ferait pas appel de la décision.

À la suite de cet avis, c’est Me Céline Lahaie, juge administrative à la Commission municipale, qui a été chargée du dossier. La loi prévoit bien un délai de 15 jours pour que les élus rendus inéligibles en vertu de la loi puissent se faire entendre par la commission, ce qui pourrait retarder la confirmation officielle de sa destitution, mais compte tenu que le jugement rendu est maintenant «chose jugée», il devient quasiment impossible que Maher puisse déposer un argument qui changera le résultat.

Selon toute vraisemblance, Me Lahaie officialisera sous peu sa destitution.

Maher voulait initialement rester en poste

Pourtant, Maher semblait avoir des intentions différentes. « Je vais assurément demeurer en poste », avait-il répondu à TopoLocal, le jour même du jugement. Maher avait même affirmé ce jour-là qu’il croyait « totalement » avoir non seulement la confiance de la population, mais aussi la légitimité requise pour rester en poste.

On aurait pu croire qu’il avait l’intention d’en appeler de la décision puisqu’il avait conclu l’échange en affirmant que « justice n’a pas été rendue ».

Silence radio

Depuis quelques jours déjà, ni Maher ni son avocat, Me Robert Brunet, n’ont retourné les messages de TopoLocal quant à la possibilité d’un appel. Les démarches de TopoLocal auprès de la mairesse suppléante Sophie St-Gelais et de l’adjoint exécutif du maire Simon Geraghty quant au déroulement des choses et à l’organisation du travail de la mairie sont restés aussi sans réponse.

Sur le plan politique, les alliés de Maher se réfugient dans le silence et semblent avoir choisi de faire comme si rien ne s’était passé. Aucun membre du parti de Maher, des conseillers jusqu’à la nouvelle chef Saint-Gelais, n’a commenté la décision. Mme Saint-Gelais, qui a présidé une séance rocambolesque du conseil le 15 décembre, avait simplement indiqué ce soir-là que Maher était « absent ».

Selon ce que TopoLocal a appris, Maher aurait d’ailleurs déserté son bureau dès le lendemain de la décision du tribunal.

Une décision inévitable

Sa décision de ne pas aller en appel est réaliste. Les faits remontent à la campagne électorale de 2017. La preuve est accablante: le 6 octobre, après les avoir expulsés de son parti, où les deux étaient presque assurés de remporter leur siège, il a offert des emplois à Mario Fauteux et André Marion afin qu’ils ne se présentent pas aux élections de novembre 2017. Le tribunal a entendu un enregistrement de la conversation qu’il a eue avec Fauteux, à laquelle assistaient aussi Gilles Robert et Benoit Beaulieu. Le tribunal a aussi entendu le témoignage complètement bigarré de Maher au cours duquel il a tenté de créer une réalité parallèle dans laquelle il aurait agi par compassion auprès de Fauteux et Marion.

Un déficit de confiance qui éclate au grand jour

Pour l’essentiel, il a perdu devant le tribunal parce que la juge n’a pas cru sa version des faits, qui contrecarrait les témoignages de Fauteux et Marion ainsi que la conversation enregistrée par Mario Fauteux. Il était pratiquement couru d’avance que le tribunal ne croirait pas son témoignage.

Dans sa version des faits relatée devant le tribunal le 28 octobre, Maher séparait la rencontre avec Fauteux en deux « modes » un premier, qu’il avouait « très dur » où il lui annonçait son expulsion, et un second où il devenait un être compatissant qui aurait eu une conversation humaine et informelle pour explorer les avenues offertes à Fauteux après son mandat de conseiller.

En fait, le témoignage de Maher ressemblait au langage usuel que Maher a utilisé à toutes les sauces durant ses années à la mairie pour éviter de dire les choses franchement.

Les exemples de la haute voltige verbale de l’ex-maire sont nombreux. Il a comparé la police municipale à une « police politique » si le BIPA devait se pencher sur l’éthique des fonctionnaires et élus. Il a affirmé, pour appuyer ses dires, qu’il ne voit le chef de police de Saint-Jérôme « qu’une seule fois par année ». Il avait dit n’avoir jamais traité ses collègues maires de la région du qualificatif dérisoire de « prix Nobel » alors qu’il existe des enregistrements vidéo où on l’entend. Il a affirmé que le nouveau complexe sportif « va se payer tout seul » alors qu’il n’a jamais été en mesure de rendre publique une étude de faisabilité du projet.

Il a aussi confondu à maintes reprises la gouvernance, la politique et l’administration municipale selon son argument du jour. Il avait même invoqué la parité hommes-femmes au conseil pour justifier l’expulsion de Fauteux et Marion alors que la parité était un prétexte pour se débarrasser de conseillers en qui il n’avait plus confiance.

Le double langage de Maher est d’un tel niveau que les autres maires de la MRC de la Rivière-du-Nord, une fois qu’il a été condamné, ont fini par dire tout haut ce qu’ils chuchotaient depuis quelques années. Eux non plus, ils ne faisaient pas confiance au maire de Saint-Jérôme.

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Il y a une conversation à propos de cet article.
Voir les commentaires Fermer les commentaires
Comments to: Stéphane Maher n’est plus maire de Saint-Jérôme
  • Avatar
    5 janvier 2021

    Tout a été dit…tout a été fait en bonne et due forme, dans la légalité et devant la justice comme toile de fond.
    Reste maintenant à terminer le ménage de ce parti à qui personne n’a plus aucune confiance suite à leur silence qui devient gênant tellement il est ridicule.
    Quand tu poses des questions aux élus(es), tu as droit de t’attendre à une réponse et c’est pas le cas. Juste un silence total,
    ce qui montre clairement que la nouvelle tête qui nous sert de “chef” ne connaît pas les obligations qui viennent avec ce siège,
    elle n’est pas à sa place…on doit se doter d’un(e) vrai(e) chef qui sait où il, elle s’en va.

    Je suis quand même très satisfaite que Maher ne soit plus dans le portrait, ça a nettoyé la place.
    Nous en sommes à la prochaine étape, se choisir des gens dignes de confiance et dignes d’occuper le siège de maire et des conseillers
    qui auront droit de paroles et qui seront autorisés(es) à faire leur travail.

    Répondre
    • Avatar
      5 janvier 2021

      Mercie…

      Répondre
  • Avatar
    5 janvier 2021

    On vient de perdre un de nos meilleurs maires ,il avait à coeur les jeunes sportifs et les 50 plus , dommage qu’ il a essayé de se débarrasser des gens qu’il ne pensait pas comme lui.

    Répondre
  • Avatar
    6 janvier 2021

    Tout ce manège est une stratégie bien orchestrée afin de le garder assis le plus longtemps à son siège de maire. Il nous a fait perdre notre droit démocratique à choisir un maire de confiance.

    Je me souviens…..l’ancienne administration était aussi dans l’eau chaude, ce qui n’empêchait l’audace de conseiller de s’agripper à Vision Saint-Jérôme pour continuer d’agir en silence.

    Québec aurait du agir bien avant la Cour dans ce dossier.et d’avancer vers un nouveau choix.

    Je crois sincèrement que Saint-Jérôme est MÛRE pour ce doter d’un maire et de conseillers INDÉPENDANTS. Soyvent je me faisais dire, tu devrais joindre une équipe pour gagner mais je savais qu’en faisant ça je serais porté au mutisme et loun de moi de l’être car j’aime questionner et faire le tour d’une décision à prendre pour m’assurer d’être dans la bonne direction.

    La tutelle n’est pas la solution pour satisfaire l’égo des deux fausses indépendantes et sans oublier Beaulieu qui doit s’attendre à se faire élire maire pour fin de mandat mais Robert doit se manger les doigts car ses ambitions étaient très très grand pour la mairie.

    La mise est ouverte….qui sera au siège du maire….St-Gelais Beaulieu, Robert, Poirier …

    Triste aventure pour notre ville où j’y suis depuis 30 ans, quand tu ne fais que peinturer au lieu de réparer….la (sic) refait surface pour montrer son vrai visage.

    Ça va bien ALLER

    Répondre
  • Avatar
    6 janvier 2021

    Ce qui m’inquiète, c’est le silence de ces acolytes. Ils le soutiennent encore malgré sa condamnation. Y en a-t-il un qui va se lever et le renier?
    Ça prends du courage. En ont-ils?

    Répondre
    • Avatar
      8 janvier 2021

      Trois choses possibles :
      1. Ils ont une dette envers lui,
      2. Maher va faire tomber ceux qui vont le trahir,
      3. Maher pourrait devenir le bras droit de son remplacant.

      À Saint-Jérôme tout est possible.

      Répondre
  • Avatar
    6 janvier 2021

    Topolocal a effacé mon texte….Il doit y avoir conflit d’intérêt.

    Répondre
    • Avatar
      6 janvier 2021

      J’ai hâte de voir la suite….

      Répondre
      • Avatar
        8 janvier 2021

        Topolocal n’a pas effacé mon texte.

        Répondre

Ajouter à la conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter une image - seuls les png, jpg, jpeg et gif sont admis.

Édition, révision et/ou contribution
TopoLocal

Se connecter

Bienvenue sur TopoLocal
Notre site existe pour vous informer
Créer votre compte
Créer un compte sur TopoLocal est gratuit. Une fois votre compte créé, il vous sera parfois offert de vous abonner, pour moins de 2$ par semaine.