Depuis aujourd’hui, 24 mars, les repas en salles à manger sont désormais permis, sous certaines conditions, dans les résidences privées pour aînés(RPA).

La semaine dernière, nous avons reçu un témoignage conjoint de résidents, des proches et du personnel de la Résidence du Verger, située à Saint-Jérôme dans le quartier Lafontaine. Bien que ces personnes souhaitent rester anonymes, elles ont décrit leur périple des derniers mois et demandaient certains assouplissement, vu la grande proportion des résidents qui sont vaccinés.

Voici leur récit:

Mars 2021, 70 jours en cage!

Dès les premiers signes de la COVID-19, les gestionnaires et employés ont démarré une grande opération sanitaire à la Résidence du Verger. Le personnel avait déjà vécu des épidémies d’influenza et de gastro par le passé, alors ils avaient les connaissances et l’expérience d’implanter des procédures afin de maximiser la sécurité des résidents.

Gants, masques, jaquettes, protocole de prévention des infections et plusieurs restrictions ont été mise en place avant même que des directives ministérielles soient établies et imposées. Malgré les efforts colossaux des employés et résidents, ce virus sournois a réussi à entrer à la résidence après des mois sereins et en sécurité. Redoublant les efforts, le personnel a réussi en quelques jours à chasser la COVID. Et depuis, aucun autre cas n’a été répertorié!

Les résidents de la Résidence du Verger font partie de la catégorie des gens vulnérables, la moyenne d’âge étant de 86 ans. Ils ne sont pas logés dans des appartements avec cuisinette, ils sont en résidence semi-autonome… Chaque résident loge une petite chambre meublée souvent que d’un petit lit, d’un bureau et d’un fauteuil. Des espaces de plus ou moins 12 pieds par 15 pieds. 

Le 7 janvier dernier, malgré toutes les précautions prises durant la période des Fêtes alors que les résidents n’ont pas pu voir leurs proches, ils ont appris avec déception qu’ils devaient se confiner dans leurs appartements. Et jusqu’à ce jour, ils sont toujours confinés à leurs appartements, 70 journées, bientôt 3 longs mois. Plus d’accès au grand salon commun, plus de loisirs dans la grande salle, plus de visiteurs sauf deux proches aidants et le pire, plus de repas à la salle à manger…

Aucun social, plus de contact et plus de conversation entre eux! Les résidents sont confinés dans leur chambre et ce 24 heures / 7 jours sur 7! Avez-vous déjà passé plus d’une semaine dans la même pièce sans avoir le droit de sortir sous les ordres de directives ministérielles ? Certains diront qu’ils peuvent aller marcher dans le corridor… C’est vrai, quel grand privilège entre vous et moi! 

Nous entendons dans les médias que nous voulons protéger nos aînés. La réalité c’est qu’on ne les aide pas du tout ! À force de rester dans leurs chambres, une majorité d’entre eux ont perdu des acquis aussi simples que de pouvoir se déplacer sur une longue distance, les muscles des jambes ont perdu de leurs forces. Certains ont peine à se lever de leurs sièges.

L’équipe des loisirs a beau faire des « activités physiques » avec eux en individuel ou en petits groupes pour les aider à réduire les impacts de l’immobilité… l’équipe des loisirs use de divers stratagèmes afin de les aider au maximum, ils procèdent à des tirages pour les résidents qui accomplissent les défis « étirements et marche » pour les inciter à bouger, mais les dégâts sont déjà bien réels.

Ça ne prend pas beaucoup de temps pour « déconditionner » un aîné. Certains des résidents n’avaient comme activités physiques dans leurs journées que de se rendre à la salle à manger trois fois par jour et maintenant, ils ne peuvent même plus la pratiquer !

Nous ne parlons même pas ici de santé mentale et des troubles cognitifs encore… Dans les médias, on parle de la santé mentale des enfants, des jeunes et même des adultes, qu’en est-il de celle de nos aînés qui sont confinés depuis presque trois mois ! On ne se gêne pas de les montrer avec leur sourire et heureux d’avoir reçu leur vaccin. La réalité est toute autre, larmes aux yeux ils retournent à leur cage dorée, leur appartement…

Ils sont tristes et ils ont peur avec des questionnements sur leur avenir, est-ce qu’un jour je vais revoir ma famille en personne, aurais-je le temps avant de mourir, quand est-ce que je vais pouvoir sortir ? 

Les résidents ont reçu leur vaccin le 18 février dernier, soit depuis 1 mois… Et pourtant, le personnel doit toujours livrer les repas aux chambres. Nos ainés, ceux qui ont bâti le Québec, qui ont pris soin de nous, sont confinés pour conserver leur soi-disant santé ! Ces dernières semaines, ce n’est pas la COVID qui fait des ravages, c’est l’isolement. Des résidents quittent pour aller en CHSLD, car leur santé s’est détériorée à cause de l’inactivité physique et mentale! 

Pendant que le gouvernement allège les mesures restrictives dans plusieurs domaines, est-ce qu’il a oublié les RPA ? Et il serait IMPORTANT que le gouvernement puisse reconnaître la différence entre une RPA autonome et semi-autonome…

Alors que le résident autonome peut sortir faire sa marche, faire ses emplettes, faire son repas dans son appartement studio. Ce qui est très différent d’une RPA semi-autonome alors que les résidents ne vivent vraiment pas dans les mêmes conditions. Il est nécessaire qu’on redonne accès aux salles à manger des résidences pour aînés, car ça devient de l’acharnement!

C’est inhumain…

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Quelque chose à ajouter?
Écrire un commentaire Cancel
Comments to: Après 70 jours en «cage», les aînés de certaines résidences pourront manger en petits groupes et sortir de nouveau

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter une image - seuls les png, jpg, jpeg et gif sont admis.

https://topolocal.ca
Édition, révision et/ou contribution
Vous voulez suivre TopoLocal sur les réseaux? C'est par ici!

Se connecter

Bienvenue sur TopoLocal
Notre site existe pour vous informer
Créer votre compte
Créer un compte sur TopoLocal est gratuit. Une fois votre compte créé, il vous sera parfois offert de vous abonner, pour moins de 2$ par semaine.