Je suis allé me faire vacciner le 5 avril, à l’endroit désigné selon mon adresse, qui se trouve être le 425 du boulevard Jean-Baptiste Rolland à Saint-Jérôme. Le « Quartier 50+ » pour utiliser son nom le plus connu. ( Un bien drôle de nom quand on y pense, puisque ce n’est pas un quartier et que 70+ le décrirait beaucoup mieux. Mais ce n’est pas le sujet aujourd’hui. )

Je reviens donc à mon vaccin du 5 avril. Vous avez sans doute compris qu’il s’agit du vaccin contre la COVID-19. Au cas où ça vous intéresse, j’ai été Pfizerisé. Au cas où mes goûts vous intéressent, j’ai aussi un penchant pour les Merlots et le Chianti. Je ne vous en dis pas davantage.

Je me suis fait vacciner pour les mêmes raisons que je respecte le Code de la route, que je paie mes taxes, que je contribue à Centraide et que je ne vole pas ma nourriture dans les épiceries. Simplement parce que je crois que tout ça nous permet de mieux vivre ensemble, et que nous nous porterons tous bien mieux. Vous pourrez me taxer d’idéalisme si vous voulez, mais je vois tout ça davantage comme de la solidarité que comme une docile obéissance aux règles. Désolé pour Geneviève Guilbault.

Je reviens encore à mon vaccin, qui est en fait la raison d’être de ce texte. En fait, ça s’est bien passé, les préposés, nombreux, étaient courtois et sympathiques. En quelques minutes j’étais stérilisé, identifié, informé et vacciné.

Les 15 minutes post-vaccin

Ma raison de vous en parler ne tient d’ailleurs pas à mon vaccin comme tel, mais plutôt aux 15 minutes qui ont suivi.

Il y a une salle attenante au lieu de vaccination où on vous demande de patienter 15 minutes après avoir reçu l’injection.

Vraisemblablement, c’est en cas d’une réaction soudaine et imprévue. Très bonne idée. On y a installé des chaises bien espacées à 2 mètres de distance. Facile de comprendre pourquoi.

Alors que fait-on, quand on a soudainement une attente de 15 minutes à ne rien faire? Voilà une excellente occasion de sortir son téléphone, de prendre des messages, de regarder ses courriels, de noter la date du rendez-vous de rappel, et même de chronométrer ses 15 minutes d’attente.

Mais je me suis vite fait dire qu’il était interdit d’utiliser mon téléphone.

J’ai décidé d’accepter la directive, en me disant qu’il devait bien y avoir une bonne raison. J’ai vainement cherché une affiche quelque part qui expliquerait aux gens pourquoi l’usage du téléphone ne serait pas permis. En avion, par exemple, où c’est obligatoire, on vous explique que l’usage de nombreux téléphones pourraient possiblement nuire à certains équipements. Dans plusieurs restaurants, où c’est suggéré, on vous expliquera que si tout le monde parle au téléphone, le lieu deviendra rapidement cacophonique. Très bonne idée.

Avec 15 minutes devant moi, je me suis donc mis à réfléchir. J’avais beau essayer, je voyais quand même peu de raisons pour lesquelles il me serait interdit, à moi et à toutes les autres personnes, d’utiliser mon appareil, ne serait-ce que pour consulter des messages, lire quelques infos, ou écrire un message à des amis.

Mon collègue Louis-Xavier a donc vérifié auprès du CISSS pour connaître la raison de cette interdiction. La réponse a été la suivante: « Il n’y a aucune orientation officielle qui interdit l’utilisation d’un téléphone mobile sur les sites de vaccination du territoire. À la lumière de votre commentaire, nous allons effectuer un rappel à nos équipes en place afin que cette mesure soit connue et appliquée par tout un chacun. »

Vous comprendrez donc que vous avez parfaitement le droit d’utiliser votre téléphone pendant vos 15 minutes d’attente.

Je ne vais pas chercher ici à faire le procès de tous les «ti-boss» qui s’inventent de l’autorité sans raison. Mais je tiens simplement à vous rappeler qu’il ne faut jamais se retenir de questionner l’autorité.

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Il y a une conversation à propos de cet article.
Voir les commentaires Fermer les commentaires
Comments to: Après votre vaccin, vous pouvez sortir votre téléphone
  • 9 avril 2021

    Si j’avais 50 ans ,vous aimeriez mieux que je n’y aille pas?

    Répondre
    • 10 avril 2021

      Pas du tout! Je sais bien qu’il y a des usagers chez les cinquantenaires et j’espère même dans d’autres groupes d’âge, et c’est tant mieux. Je ne faisais que souligner, accessoirement d’aillleurs, que déterminer la clientèle selon un chiffre arbitraire me semble un peu ridicule. Je ne vois pas pourquoi un équipement municipal ne servirait pas à des gens de tous les âges.

      Répondre
      • 10 avril 2021

        J’aime bien votre sens de l’humour et puis… votre réflexion sur les autorités improvisées ou non…

        Répondre
  • 10 avril 2021

    J’ai aussi été Pfizerisé la semaine dernière aux Galeries Normandie rue Salaberry à Montréal. J’ai été surpris en lisant votre récit, parce que j’ai utilisé le 15 minutes pour inscrire mon rendez-vous de rappel, vérifier messagers, courriels et aucun des  »surveillants » du temps m’ont dit quoi que ce soit au sujet de l’utilisation de mon téléphone. Merci d’avoir pris le temps de vérifié auprès du CISSS pour clarifier la situation pour les prochains qui seront vaccinés.

    Répondre

Ajouter à la conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter une image - seuls les png, jpg, jpeg et gif sont admis.

Édition, révision et/ou contribution
TopoLocal

Se connecter

Bienvenue sur TopoLocal
Notre site existe pour vous informer
Créer votre compte
Créer un compte sur TopoLocal est gratuit. Une fois votre compte créé, il vous sera parfois offert de vous abonner, pour moins de 2$ par semaine.