1. Réflexions
  2. Sports

Michaud-Laplante: la fin des feuilles d’érable, cap sur les Jets

Charles Michaud espérait une victoire du Canadien en sept matchs contre les feuilles d’érable de Toronto. Son dialogue avec Jacques Laplante, qui avait prédit une élimination de Montréal en cinq parties, se poursuit.

Je suis un homme de peu de foi

par Jacques Laplante

Messager de la parole divine, le prophète Michaud a fait fi de toutes moqueries et devant l’impertinence des athées, il s’est élevé. Il a maintenu haut et fort que le miracle se produirait, que le malaimé nous conduirait à la limite du possible, et qu’après, l’impossible ne serait plus. 

Telle que le disait sa prophétie, Le Puissant s’est manifesté et la feuille d’érable s’est fanée. Oh, comme il est grand le mystère de la foi!

Mon cher Michaud, moi, homme de peu de foi, je te dois des excuses. Je m’excuse d’avoir mis en doute la capacité du Canadien à rivaliser avec les Maple Leafs de Toronto. Du coup, je te prie de m’excuser d’avoir aussi mis en doute tes connaissances en matière de hockey.

Cher Michaud, je t’ai regardé de haut croyant que ton cœur était venu à bout de ta raison. J’ai eu tort, je l’avoue. Je me repens!

Quelle série miraculeuse!

« Lève-toi et patine » a dit le Sauveur Ducharme et à cet instant, tous les apôtres sur lames, tous sans exception ont uni leurs efforts et triomphé du Malin.

Et comme l’a dit un jour le seigneur Bergevin : « Tu es Price et sur ce Price, je bâtirai mon équipe. » Alors voilà l’équipe, voilà un Canadien nouveau qui remplit nos cœurs d’espoir.

Et maintenant?

Maintenant, la Sainte-Flanelle continue sa longue marche vers la terre promise. L’attendent sur sa route les Winnipegois, une peuplade de rudes, de très rudes guerriers. Ce sera physiquement difficile.  Qu’à cela ne tienne, à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire!

Alea jacta est!

La foi déplace les montagnes

par Charles Michaud

Mon cher Jacques,
Mettons les priorités au bon endroit. Le plus grand plaisir que je tire de cette aventure printanière du CH, c’est d’écrire de nouveau à tes côtés, comme nous le faisions jadis dans les pages du défunt Mirabel, via la chronique du Receveur masqué.

C’est déjà pour moi une raison suffisante pour continuer à rêver de la Coupe.
Ton propos, quoique bien flatteur, illustre clairement la tentation que subit le prophète. Celle de se mettre à croire ses dires plutôt que de simplement les utiliser pour être et rendre heureux. J’ai bien voulu être Notredamien-Nostradamus, mais il faut rester humble, car nul d’entre nous n’a le pouvoir de comprendre et encore moins prédire l’avenir. Les Habs en sept c’était une tentative de canaliser l’espoir, et son inévitable frère, le désespoir, simplement dans le but de rappeler le possible.

Dans un monde qui n’a de place que pour les gagnants, je renonce à la gloriole d’être tombé sur une prédiction juste. Je préfère le rôle de celui qui ne fait que dire les choses. J’ai relu La peste durant le confinement et le rôle du narrateur que s’y donne Albert Camus m’a révélé les motifs profondément enfouis de mon intérêt envers le journalisme.

Ainsi, je n’ai été qu’un modeste conduit pour canaliser les rêves de tous les adeptes du CH. C’est un clan inclusif, qui accepte autant ceux qui ont dans leur tiroir un vieux programme signé par Doug Harvey que ceux qui viennent, ce matin, de s’acheter un fanion pour mettre sur le char.

Au-delà de la prophétie, des faits: Il y aura donc au moins deux nouvelles grand-messes au Forum alors que les Habs entrent maintenant dans le cercle des huit équipes restantes.

Encore une fois je dois invoquer mon ignorance et avouer que je ne sais pas s’il sera aussi simple de freiner les Jets que les Leafs. Tu sais, au fond, on a battu les Leafs pour trois raisons. D’abord, ils regardaient encore le classement de la saison. Deuzio, ils sont des cuisiniers avec une seule recette. Trois, ils ont été d’une dangereuse suffisance.

Mais les Jets, eux aussi, ont dû battre un monstre à deux têtes: ils savent. Ils seront coriaces, comme tu le dis très bien.

Mais il fait beau en ce mardi de juin. Les plants de tomates dépassent déjà leurs tuteurs. Je respire à nouveau un vent d’espoir. Le chemin sera long, mais je persiste: je dis encore les Habs en sept.

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Quelque chose à ajouter?
Écrire un commentaire Cancel
Comments to: Michaud-Laplante: la fin des feuilles d’érable, cap sur les Jets

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter une image - seuls les png, jpg, jpeg et gif sont admis.

https://topolocal.ca
Édition, révision et/ou contribution
Vous voulez suivre TopoLocal sur les réseaux? C'est par ici!
TopoLocal

Se connecter

Bienvenue sur TopoLocal
Notre site existe pour vous informer
Créer votre compte
Créer un compte sur TopoLocal est gratuit. Une fois votre compte créé, il vous sera parfois offert de vous abonner, pour moins de 2$ par semaine.