TopoLocal fait des rénovations. Le contenu de l'été et d'autres fonctionnalités vont s'ajouter dans les semaines qui viennent.

Le déficit santé des Laurentides se creuse de 2,2M$ par jour

Derrière les listes d’attente, le manque de médecins, les chirurgies reportées et les hôpitaux sous-équipés et en manque de personnel, il se profile une réalité budgétaire aussi cruelle qu’injuste: le gouvernement du Québec sous-finance la santé dans les Laurentides.

Après 3 ans de la Coalition avenir Québec au pouvoir, l’écart n’a pas commencé à se combler. Et François Legault n’a toujours pas « mis la switch à on » pour l’hôpital de Saint-Jérôme. Dans l’intervalle, chaque jour le déficit santé des citoyens des Laurentides se creuse de 2,2 millions de dollars.

Juillet 2020: François Legault, de passage à Saint-Jérôme, dénonce l’opposition au projet de loi 61, mais l’hôpital de Saint-Jérôme n’est pas sur la liste des projets que son gouvernement veut accélérer.

La région représente 7,5% de la population du Québec mais moins de 5% du budget de santé. Par habitant, Québec débourse annuellement 3200$, mais dans les Laurentides, il en débourse 1900$. Le manque à gagner totalise 800 millions de $ annuellement, ou 2,2M$ par jour.

Ce bilan financier, c’est celui de la Coalition santé Laurentides, qui presse Québec d’effectuer un rattrapage rapide et d’investir pour accélérer la mise à jour de l’ensemble des hôpitaux de la région, souvent vétustes et désuets. 

Pas d’engagement des députés

Par ailleurs, le caucus des députés de la CAQ des Laurentides a émis un communiqué de presse dans lequel il confirme avoir rencontré les représentants de la Coalition santé Laurentides le 21 mai.

Les formules de courtoisie usuelles, rédigées par un attaché politique, évoquent le travail positif de la coalition et « un dialogue constructif » ajoutant que la santé « tient à coeur » au caucus qui en fait « une priorité ».

Mais les députés, qui ne sont pas membres de la coalition et qui ont par ailleurs demandé au député de Saint-Jérôme Youri Chassin de s’en retirer, n’ont formulé aucun engagement.

Bruno Laroche est le président de la Coalition santé Laurentides, qui regroupe la plupart des élus municipaux de la région ainsi que des représentants des médecins et de nombreux organismes régionaux. 

Il a confirmé à TopoLocal que la rencontre a été courtoise et que les députés ont écouté. Laroche a répondu par la négative quand je lui ai demandé s’il croyait que les députés y ont appris quelque chose de nouveau. On peut en conclure que les députés connaissent très bien l’état de la situation. Laroche a aussi confirmé que les députés n’ont pris aucun engagement.

La Coalition a pour mission d’obtenir un traitement équitable pour les citoyens de la région. Ce qui se traduit par un rattrapage budgétaire quant au fonctionnement, et la réalisation sans délai, soit pour la fin 2027, de l’agrandissement et la modernisation de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme en une seule phase comprenant le centre mère-enfant et le centre de cancérologie. Les autres hôpitaux de la région, à Saint-Eustache, Lachute, Mont-Laurier et Sainte-Agathe sont aussi vieillissants et leur rénovation ne peut tout simplement pas passer après l’hôpital de Saint-Jérôme.  

Une situation que les citoyens connaissent trop bien

La situation est connue. Des personnes malades forcées de se déplacer pour obtenir des tests et des traitements. Des chirurgies en attente. Des urgences qui débordent. Des personnes sans accès à des soins de première ligne. Des personnes désorientées laissées à elles-mêmes. Des malades qui passent 48 heures sur des civières dans les couloirs. Les anecdotes ne surprennent plus.

Manque de médecins. Manque de spécialistes. Manque d’accès à des médecins de famille. Hôpitaux trop petits et vétustes. 

 Le problème n’est pas nouveau. La Coalition santé Laurentides rappelle que le domaine de la santé dans les Laurentides est sous-financé depuis bientôt 30 ans.  Le financement n’a tout simplement pas suivi l’augmentation de la population.

Les citoyens des Laurentides peuvent toujours espérer un jour des services de santé adéquats, mais il n’y a encore aucune annonce concrète susceptible de faire bouger la situation.

Alors que l’ex-ministre Danielle McCann avait annoncé en mai 2019 que le projet de Saint-Jérôme serait réalisé en une seule phase et bonifié, les confirmations et les annonces officielles tardent.

Le premier ministre François Legault, bien avant d’être élu, parlait clairement de « mettre la switch à on ». Mais le projet n’a pas été inclus dans les projets d’infrastructures accélérés de la loi 67 et n’est toujours pas dans les budgets d’immobilisation du gouvernement. 

L’attachée de presse du ministre Christian Dubé, qui a sans trop de surprise blâmé les gouvernement précédents pour la situation, n’a pas fait de nouvelles annonces depuis qu’il a dit que le ministère en était à la « réalisation du dossier d’opportunités » et «  l’évaluation des différents scénarios ».

L’hôpital temporaire, que l’on voit ici lors de son installation, est ouvert depuis février.

Dans l’intervalle, l’hôpital de Saint-Jérôme a bel et bien ouvert en février dans un bâtiment temporaire une aile construite en quelques mois. L’installation ajoute 57 chambres au centre hospitalier, libérant ainsi de la place pour les soins de courte durée. Le bâtiment est moderne et bien équipé, mais les chambres, bien que privées, n’ont pas de plafond.

Il demeure difficile de l’extérieur de chasser l’impression d’un abri Tempo.

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

Laisser un commentaire

TopoLocal