La Presse confirmait ce mercredi matin le choix prévisible du site de la nouvelle usine de batteries de la Compagnie électrique Lion. Sans surprise, l’usine sera située à Mirabel, à proximité de l’aéroport. La nouvelle doit être confirmée jeudi. L’investissement est de l’ordre de 200 M$ et pourrait créer, à terme, plus de 200 emplois.

Le choix n’a rien d’étonnant. Aéroports de Montréal a sans doute offert des conditions très avantageuses pour l’installation d’une usine qui est stratégique en terme de développement économique. La Ville de Saint-Jérôme, qui proposait un terrain de la rue de Martigny, offrait elle aussi des conditions avantageuses.

Mais à Mirabel, la nouvelle usine s’installe à l’intersection des routes 15 et 50 ainsi qu’à proximité de vastes espaces qui peuvent répondre à son expansion future, à quelques pas d’un aéroport cargo de classe mondiale, et dans la cour des grands, en quelque sorte, avec des voisins tels que Airbus, Pratt & Whitney, L3, Bell Helicopter, Mecachrome, Stelia, Safran et plusieurs entreprises de haute technologie.

Il reste également que la nouvelle usine sera quand même à quelques pas de l’usine d’assemblage et du siège social de Lion, à Saint-Jérôme. Cette usine est en croissance, crée quelques centaines d’emplois, et son carnet de commandes est bien garni. Lion compte aussi des partenaires importants dans la région notamment l’Institut du véhicule innovant, qui sera bientôt installé dans de nouveaux locaux, toujours à Saint-Jérôme.

Saint-Jérôme doit en profiter

On sait que la mairesse de Saint-Jérôme Janice Bélair-Rolland, qui arrivait en poste, avait eu une vive réaction publique lorsque la possibilité d’une usine à Mirabel a été rendue publique il y a quelques semaines. Elle avait dénoncé la concurrence qu’elle jugeait « déloyale » de la part d’Aéroports de Montréal.

Or, la Ville a rapidement besoin de changer son message pour reconnaître une industrie qui pourrait très bien être la Rolland du 21e siècle, dans la mesure où Saint-Jérôme tente de se positionner comme un pôle avant-gardiste de l’électrification des transports.

Saint-Jérôme a eu l’audace d’inaugurer en 2016 une navette électrique entre le cégep et son stationnement incitatif, même si après 5 ans, le service était encore assuré à 85% par un véhicule diesel. La même année, le maire d’alors a laissé poindre l’espoir et maintenu le discours jusqu’en mars 2020 d’un réseau de transport en commun gratuit pour tous: rien de fait. En mai 2018, il y a trois ans, elle annonçait l’achat d’un bibliobus électrique qui parcourrait la ville: là non plus, toujours rien.

Saint-Jérôme a clairement des ambitions, mais pour l’instant on accumule les rendez-vous ratés et les dénonciations stériles. Il est clair que la ville a besoin d’une approche plus mature, plus réfléchie et plus stratégique.

Il faut envisager rapidement l’avenir. Ouvrir un dialogue avec la compagnie quant à ses besoins futurs, à ceux de ses potentiels sous-traitants, ainsi qu’au milieu de vie social et académique qui l’entoure. Mais surtout, il faut savoir regarder loin devant.

Lion occupe présentement un terrain à Saint-Jérôme qui est enclavé par un parc régional et des maisons. À titre de capitale régionale, Saint-Jérôme doit pouvoir démontrer une vision qui dépasse sa frontière et ses taxes foncières.

Le site actuel de l’usine de Lion Électrique est bordé par l’autoroute 15, le parc régional de la Rivière-du-Nord, et des quartiers résidentiels, peu de potentiel pour prendre de l’expansion.
close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Quelque chose à ajouter?
Écrire un commentaire Cancel
Comments to: L’usine de batteries de Lion s’en va à Mirabel, que fera la Ville de Saint-Jérôme?

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter une image - seuls les png, jpg, jpeg et gif sont admis.

Édition, révision et/ou contribution
TopoLocal

Se connecter

Bienvenue sur TopoLocal
Notre site existe pour vous informer
Créer votre compte
Créer un compte sur TopoLocal est gratuit. Une fois votre compte créé, il vous sera parfois offert de vous abonner, pour moins de 2$ par semaine.