Le directeur général de la Ville de Saint-Jérôme Yvan Patenaude prendra sa retraite le 31 juillet après plus de 30 années au sein de la fonction publique municipale. À son entrée en fonction, il était à l’emploi de la Ville de Bellefeuille, fusionnée à Saint-Jérôme en 2002.

Yvan Patenaude dirige la Ville de Saint-Jérôme depuis avril 2014. Il a été nommé par l’administration Maher quelques mois après les élections de 2013. Son arrivée avait été saluée comme une bouffée d’air frais après le passage à la direction générale d’Éric Lachapelle, de 2008 à 2013, puis, par intérim, d’Érick Frigon, de novembre 2013 à avril 2014. La commission Charbonneau a révélé que Saint-Jérôme était alors sur la liste des villes où régnaient la collusion et les élections clé en main. Frigon a d’ailleurs plaidé coupable d’avoir toléré un stratagème de collusion.

M. Patenaude projetait de prendra sa retraite depuis un certain temps. Un chroniqueur local avait même annoncé de façon précoce sa «démission» l’été dernier. Cette fois, c’est vrai.

Le conseil a décidé de combler le poste en 2022 seulement, vraisemblablement en raison des élections municipales qui auront lieu dans 5 mois. Dans l’intervalle, le conseil a embauché Rénald Gravel à titre de directeur général par intérim. Il entrera en fonction le 12 juillet.

M. Gravel, qui aura 64 ans en septembre, détient une vaste expérience dans des fonctions semblables. Après avoir travaillé au cabinet du maire de Québec dès 1985, à l’époque de Jean-Paul L’Allier, il a occupé divers postes à Québec jusqu’en 2003. Il a ensuite été directeur général à Joliette de 2003 à 2012, à Longueuil jusqu’en 2013, et à Saint-Alphonse-Rodriguez jusqu’en 2019.

Une « sorte d’Elliott Ness » arrive à Saint-Jérôme

À Saint-Jérôme, bien que l’administration sortante surnage dans les remous de la destitution du maire Maher, le mandat d’intérim de M. Gravel s’annonce nettement plus serein.

La Presse écrivait en septembre 2012 que la mairesse de Longueuil Caroline St-Hilaire présentait Renald Gravel « comme une sorte d’Elliott Ness » qui avait la mission de veiller sur la rigueur et l’intégrité dans l’octroi de contrats publics.

La Une du Journal de Joliette en mai 2011, disponible sur BAnQ numérique.

Alors qu’il dirigeait la Ville de Joliette, Gravel, ainsi que d’autres dirigeants de la ville, avaient été victimes d’appels anonymes et de certains actes d’intimidation: le véhicule de M. Gravel avait d’ailleurs été incendié devant sa résidence au printemps 2011. M. Gravel avait alors affirmé qu’il ne se laisserait pas intimider.

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Quelque chose à ajouter?
Écrire un commentaire Cancel
Comments to: Le directeur général de Saint-Jérôme à la retraite le 31 juillet, un remplaçant par intérim jusqu’après les élections

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter une image - seuls les png, jpg, jpeg et gif sont admis.

Édition, révision et/ou contribution
TopoLocal

Se connecter

Bienvenue sur TopoLocal
Notre site existe pour vous informer
Créer votre compte
Créer un compte sur TopoLocal est gratuit. Une fois votre compte créé, il vous sera parfois offert de vous abonner, pour moins de 2$ par semaine.