Denis Rochon a réalisé son rêve d’être pompier en 1966 à Saint-Jérôme

La petite histoire d’ici racontée par des gens d’ici

Histoire et Archives Laurentides a mené une série d’entrevues audio ou vidéo avec des aînés de Saint-Jérôme et des villes environnantes. À travers leurs souvenirs et anecdotes, découvrez des aspects parfois méconnus de la petite histoire régionale, qui sont ainsi préservés pour la postérité.

C’est en 1966, après en avoir rêvé, que Denis Rochon a débuté son métier de pompier à Saint-Jérôme, dans la vieille caserne de la rue Saint-Georges.

Note à nos lecteurs: M. Rochon est décédé en décembre 2019. L’entrevue que vous voyez ici date du 26 octobre 2017.

YouTube video

Tout au long de son entrevue, c’est l’évolution du métier de pompier que M. Rochon raconte. À l’époque, il n’y avait pas de cours dans ce domaine. On apprenait le métier « sur le tas », avec les collègues et on suivait des sessions de perfectionnement en cours de carrière. La sécurité des pompiers était par ailleurs beaucoup moindre qu’aujourd’hui.

L’incendie du restaurant Le Ste-Rose au centre-ville, au milieu des années 1960. Photo fournie par Histoire et Archives Laurentides, Fonds L’Écho du Nord
L’ancienne caserne des pompiers rue Saint-Georges, au centre-ville de Saint-Jérôme dans les années 1970. Photo fournie par Denis Rochon

Il était de service six jours par semaine. À ses débuts, le transport des pompiers vers les incendies se faisait dans des camions qui n’étaient pas couverts : ce n’était pas très chaud l’hiver!

Les pompiers de Saint-Jérôme à l’oeuvre lors du même incendie du Ste-Rose, sur la rue Saint-Georges, près de la rue Legault, aujourd’hui De la Gare. Photo fournie par Denis Rochon

Un grand sourire illumine M. Rochon lorsqu’il raconte le déménagement des Services des incendies à la caserne de la rue Filion : c’était tellement plus confortable!

En 1989, Denis Rochon est au centre avec le directeur du Service des incendies de Saint-Jérôme, Jacques Charbonneau, et quelques collègues. Photo fournie par Denis Rochon

Maintenant retraité, il les trouve très compétents et mieux formés, les jeunes pompiers d’aujourd’hui. Pompier par vocation, son témoignage démontre tout le plaisir qu’il a eu à exercer son métier parfois dangereux.

Jean-Pierre Bourbeau, pour Histoire et Archives Laurentides

L’entrevue intégrale avec M. Rochon: https://www.youtube.com/watch?v=B54WJ2_fMrY

Cette entrevue peut être consultée en entier à partir du site internet d’Histoire et Archives Laurentides ou sur la chaîne YouTube de l’organisme.

Ce projet a été réalisé dans le cadre de l’Entente de développement culturel entre la Ville de Saint-Jérôme et le ministère de la Culture et des Communications, en collaboration avec le Musée de la Mémoire Vivante où certains de ces témoignages peuvent aussi être consultés.

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

4 réflexions au sujet de “Denis Rochon a réalisé son rêve d’être pompier en 1966 à Saint-Jérôme”

  1. Que j’aime dont ces reportages de la ville de St-Jérome et son histoire.J’aimerais beaucoup aussi voir une histoire de la musique,orchestres,salles de danse,corps de clairons et trompettes.Il y en a beaucoup eu depuis 80 ans.

    Répondre
    • A l’automne 2019, le bulletin de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord (aujourd’hui Histoire et Archives Laurentides) avait publié un petit « dossier » au sujet des corps des fanfares et corps de clairons. Tu l’avais sans doute vu! Mais c’est vrai qu’il y aurait une belle histoire à raconter concernant les nombreux groupes, orchestres et musiciens qui ont émergé de Saint-Jérôme au cours des 50 dernières années. Un gros défi que quelqu’un relèvera peut-être un jour….

      Répondre

Laisser un commentaire

TopoLocal