Le curé Labelle à Winnipeg

L’historien Richard Lagrange a écrit un beau livre Le pays rêvé du curé Labelle. Emparons-nous du sol, de la vallée de l’Ottawa jusqu’au Manitoba, publié par les Presses de l’Université Laval, avec un index des personnages, de nombreuses notes en fin de chaque chapitre, préfacé par Yves Frenette, professeur d’histoire de l’Université de Saint-Boniface et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les communautés francophones. Une œuvre de niveau universitaire.

Il a donné une belle conférence, très vivante, sur le curé Labelle à la Vieille-Gare de Saint-Jérôme, le dimanche 27 septembre, organisée par Histoire et archives Laurentides, nouveau nom de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord. Un bon communicateur.

Il a collaboré à L’histoire des Laurentides et a enseigné au Centre collégial de Mont-Laurier du Cégep de Saint-Jérôme.

L’historien Richard Lagrange est un passionné de l’histoire des Laurentides, son ouvrage le plus récent, Le pays rêvé du Curé Labelle, explore l’idée que le « Roi du nord » visait un territoire bien au-delà des Laurentides. Photo par Charles Michaud/TopoLocal

Le curé Labelle, comme Maurice Richard – dont c’est le 100e anniversaire de naissance cette année -, mais aussi Lambert Closse, Louis Jolliet, Dollard des Ormeaux, D’Iberville, La Vérendrye, Madeleine de Verchères, etc., fait partie des héros mythiques des Canadiens-français. Il souhaitait la survie de son peuple, qu’il aimait par-dessus tout. En voyant partir plus d’un million de compatriotes pour les usines de Nouvelle-Angleterre, il eut une vision messianique, coloniser le Nord, la marche vers le nord-ouest. Ce qui incluait un projet politique, reconquérir le Canada par la natalité et la possession des terres du nord du Québec, de l’Ontario jusqu’à Winnipeg. C’est le mérite de l’historien Lagrange d’insister sur cette vision de l’œuvre du curé Labelle, qu’il nomme «le projet labellien».

Il est un des premiers à souligner les critiques. Il cite Gérard Bouchard, pour qui face à l’œuvre du curé Labelle «on est en droit de parler d’échec». Il cite aussi Serge Laurin, historien régional : «La colonisation des Laurentides aurait donc été un lamentable échec.» Souhaitons qu’un groupe de jeunes excités, inspirés par eux, ne demandent pas de déboulonner la statue du curé Labelle, qui trône au centre-ville de Saint-Jérôme.

Un peu plus d’une quarantaine de personnes sont venues entendre Richard Lagrange lors d’une conférence organisée par Histoire et Archives Laurentides lors des Journées de la culture 2021. Photo par Charles Michaud/TopoLocal

Selon Lagrange, l’historien Luc Coursol «donne une image positive de Labelle». Pour le sociologue Jacques Beauchemin, Labelle est l’héritier de Papineau, des Patriotes et de l’historien Garneau. Il veut «redonner aux Canadiens-français vaincus de nouvelles raisons de durer dans l’histoire. Le Curé Labelle avait un pays à faire. Son projet, qui sent la terre et la sueur, ressemble à ce labeur qui est encore le nôtre aujourd’hui, de porter le pays plus loin que lui-même».

Pour le curé Labelle, la survie culturelle des descendants des premiers colons de Nouvelle-France était au fondement de sa pensée. «C’est par la force du nombre que Labelle comptait assurer plus que la « survivance » de la  »race française ».

L’historien Lagrange abonde dans leur sens, d’où le sous-titre du livre. Pour lui, il y a le curé Labelle mythique des Pays d’en Haut avec ses personnages archétypes comme Séraphin, Bidou Laloge et autres qui atteignent l’universel, et celui des historiens, un curé Labelle nationaliste et pragmatique.

Nous sommes bien chanceux dans les Laurentides d’avoir vécu avec de tels hommes. Le grand historien Lionel Groulx, qui enseignait dans le collège éponyme a essayé au début du XXe siècle à redonner la fierté aux Canadiens-français. Un autre chanoine, Jacques Grand’Maison, qui a donné sa vie à ses ouailles de Saint-Jérôme, voulait lui aussi un pays.

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

Laisser un commentaire

TopoLocal