Un corridor long de 50 ans à parcourir au Cégep de Saint-Jérôme

On mesure habituellement les couloirs en pieds ou en mètres, mais le Cégep de Saint-Jérôme a inauguré le 10 septembre dernier un corridor long de… 50 ans. Un corridor que le grand public peut visiter librement.

Pour les étudiants passés ou présents, les citoyens ou les simples curieux, le corridor abrite une exposition qui souligne le 50e anniversaire du Cégep de Saint-Jérôme, dont la célébration a débuté au printemps 2020 et, pandémie oblige, se continue cette année.

L’exposition, qui s’intitule 50 ans de cœur et de savoir, comprend des photos et des archives illustrant les grands moments du cégep. Elle est installée à la bibliothèque du collège au moins jusqu’en juin 2022.

Histoire et Archives Laurentides(HAL) a fouillé dans les archives du cégep de même que dans ses propres archives constituées de journaux locaux et de documents municipaux ou privés. Une vingtaine de photos présentées en ordre chronologique illustrent les moments-clés de l’histoire du Collège.

Quiconque a fréquenté le Cégep de Saint-Jérôme ou habité la région y trouvera des rappels d’une époque de grands changements, et l’évocation du grand courant de renouveau dont s’abreuvaient non seulement les étudiants et enseignants, mais le Québec tout entier.

Huit vitrines complètent l’exposition et portent sur les thèmes suivants: l’héritage des Sœurs de Sainte-Anne, la vie pédagogique, la vie collégiale, la vie sportive, la vie socioculturelle, l’institution, les réalisations d’enseignants et les percées technologiques.

Une ligne du temps rappelle les grandes étapes de la vie de cette institution, qui fut d’abord un couvent des Soeurs de Sainte-Anne.

« Je souhaite que cette modeste collaboration d’Histoire et Archives Laurentides puisse inspirer les nouvelles générations d’étudiants, d’enseignants, d’employés et de dirigeants à contribuer, à leur tour, à l’évolution du Cégep de Saint-Jérôme, a dit le président d’HAL et ancien étudiant du cégep Henri Prévost, un des ambassadeurs de l’événement.  C’est une exposition qui plaira à tous, car à travers cette rétrospective du Cégep de Saint-Jérôme, c’est aussi une partie de l’histoire de la ville, de la région et même du Québec que nous racontons. »

Le président d’Histoire et archives Laurentides, Henri Prévost. Photo par Charles Michaud/TopoLocal

La directrice générale du CSTJ Nadine Le Gal a dit que le Cégep de Saint-Jérôme s’est taillé une place de choix au cœur des Laurentides, mais surtout, dit-elle « dans le cœur des Laurentiens.  Si notre regard est dirigé vers l’avenir, nous estimons important de prendre un temps d’arrêt pour contempler tout le chemin parcouru au cours des 50 dernières années. J’espère que vous aurez autant de plaisir que nous à découvrir cette magnifique exposition. » 

La directrice générale du Cégep de Saint-Jérôme, Nadine LeGal. Photo Charles Michaud/TopoLocal

Une publication consacrée au 50e

Histoire et Archives Laurentides a aussi dévoilé la nouvelle édition de son bulletin Espace Mémoire, dont la majorité des 40 pages sont consacrées aux cinquante années d’existence du CSTJ. La revue raconte son évolution, le contexte de sa création à la fin des années 1960, sa vie culturelle et sportive, ses innovations et comprend quelques témoignages personnels.

L’exposition est ouverte à tous jusqu’en juin 2022. Installée dans le hall de la bibliothèque, l’exposition est accessible lundi et mardi, de 7h30 à 18h30, ainsi que les mercredi, jeudi et vendredi, de 7h30 à 17h. C’est fermé les samedi et dimanche.

La visite en photos

L’édifice qui a vu naître le Cégep de Saint-Jérôme était un pensionnat des Soeurs de Sainte-Anne qui se nommait le Pensionnat des Saints-Anges. Photos des exhibits par Charles Michaud/TopoLocal
L’école normale installée dans le même édifice formait des enseignantes, un nom qui se conjuguait majoritairement au féminin à l’époque. Ici une photo d’un groupe de finissantes.
Les vitrines de l’exposition montrent des photos des bâtiments de l’époque et des souvenirs de premières classes. Photo Charles Michaud/TopoLocal
Au milieu des années 1970, le collège subit une première modernisation qui aboutira avec la démolition de la chapelle du couvent, superbe édifice dont la structure avait été jugée inutilisable. Des étudiants et des profs avaient présenté un spectacle/protestation intitulé on connaît ça le béton. Photo d’archives
Démolition de la chapelle de l’édifice de la rue Fournier. Vers 1974. Photo numérisée tirée des archives de Gleason Théberge
L’exposition reproduit cette première page de l‘Écho du Nord du 29 avril 1970 qui annonce la création du Cégep de Saint-Jérôme. C’est Jean-Guy Cardinal, alors ministre de l’Éducation, qui en fait l’annonce. Cardinal deviendra député de Prévost en 1976.
Cet exemplaire un peu écorné du rapport Parent, la pierre d’assise de la création des cégeps et de la laïcisation de l’enseignement au Québec, fait partie de la collection.
Photo d’une étudiante en sciences infirmières, encore un des départements les plus importants du Cégep de Saint-Jérôme.
Un exemplaire jauni du journal L’Archange, un journal étudiant résolument de gauche dans les années 1970. Un imprimeur local avait même refusé de l’imprimer, décision vivement contestée par ses éditeurs.
Autre document-témoin de son époque: une pétition demandant l’enlèvement des « affreux pare-soleils qui donnent au cégep l’allure d’une prison ».
Une photo d’une des premières mises au jeu officielles des Cheminots de Saint-Jérôme, en octobre 1980, effectuée par le légendaire Maurice «Rocket» Richard, en compagnie du maire de Saint-Jérôme de l’époque, Bernard Parent. Quelques autres personnalités locales sont plus ou moins visibles sur la photo, donc le DG du cégep Claude Lalonde, le DG du Conseil de développement des Laurentides et pionnier de la conservation du P’tit train du Nord Serge Boucher, Yves Nadon, lui-même une légende sportive locale, de même que la patineuse Julie Brault et Roger Landry, du Cégep de Saint-Jérôme.
Une vitrine rappelle les nombreuses troupes de danse qui se sont succédées au cégep. On disait à l’époque «danse moderne» mais la troupe Khorévi, consacrée à la danse contemporaine, est toujours active et attachée au Cégep.
Un disque vinyle 45 tours produit à l’époque par le service d’animation culturelle du Cégep.
Plusieurs professeurs du cégep ont publié des volumes sur divers sujets, dont le document de référence par excellence sur l’histoire des Laurentides de l’auteur et historien Serge Laurin, montré ici sur la photo. Les vitrines font voir également d’autres oeuvres connues, dont un exemplaire de la pièce Encore un peu du jérômien Serge Mercier, dont Radio-Canada avait fait le sujet d’un de ses Beaux dimanches.
Gleason Théberge, enseignant du cégep à la retraite, en compagnie de Louis Parent, membre du conseil d’administration de HAL. Photo par Charles Michaud/TopoLocal
close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

Laisser un commentaire

TopoLocal