Par où pointe ma boussole électorale? D’abord, congédier Vision Saint-Jérôme

L’élection qui vient à Saint-Jérôme met en cause plusieurs enjeux importants pour l’avenir, mais il y a une dimension de cette élection qui est d’une grande simplicité.

Il est indispensable que Saint-Jérôme se débarrasse de toute trace du parti Vision Saint-Jérôme. Par conséquent, la population doit se mobiliser pour montrer la porte à Janice Bélair-Rolland et à toute l’équipe qui l’entoure.

Les efforts de Madame Bélair-Rolland pour tourner la page et renier l’époque Maher sont risibles. On comprend son allergie à aborder la question: c’est en expulsant Mario Fauteux que Maher a offert à la mairesse une passe gratuite vers son poste actuel.

C’est une raison suffisante pour espérer que les citoyens se rendent voter en grand nombre. Il y a quatre ans déjà, la gangrène morale et la cupidité politique du parti Vision ont dépassé les bornes. Stéphane Maher a expulsé Mario Fauteux et André Marion de son parti en leur offrant sans sourciller une sorte de buffet gratuit de postes honorifiques et d’emplois publics de leur choix. Deux de ses lieutenants les plus importants, Gilles Robert et Benoit Beaulieu, étaient avec Maher ce jour-là. Ils ont écouté Maher jouer au petit parrain politique sans lever le petit doigt. 

Or, le triste manège de Maher a eu deux conséquences importantes.

D’abord, il a ouvert bien grande la porte à deux candidates qui ont été élues sans peine dans les sièges laissés vacants par Fauteux et Marion. Des sièges dans lesquels se sont glissées Sophie Saint-Gelais et Janice Bélair-Rolland, sans le moindre remords.

Deuxième conséquence, le courageux combat mené par Fauteux et Marion a fait condamner Maher pour manoeuvres électorales frauduleuses. Il a été destitué de son siège suite à un jugement de la Cour du Québec. Fait important à noter, l’essentiel du jugement repose sur le fait que la juge n’a à peu près rien cru du témoignage de Maher. Encore un maire de Saint-Jérôme dans les manchettes!

Toute cette saga, qui a duré trois ans, s’est déroulée dans le silence assourdissant du reste de son parti, transformé en chorale muette, avec les voix éteintes de François Poirier, Bernard Bougie, Chantal Lambert, Janice Bélair-Rolland, Gilles Robert, Érik Bak, Sophie Saint-Gelais, Mylène Laframboise et Benoit Delage. Avec l’élection qui arrive, on peut se questionner sur les candidats et candidates qui ont joint les rangs de Vision Saint-Jérôme. Comment peuvent-ils endosser un tel historique?

Ce bilan à lui seul est suffisant pour exclure d’emblée tous les candidats de Vision Saint-Jérôme. Le passage erratique et souvent improvisé de Janice Bélair-Rolland à la mairie ces derniers mois ne fait que confirmer cette situation. 

Elle a commencé son règne en essayer de forcer la main de Lion Électrique pour que l’entreprise, un futur fleuron de Saint-Jérôme, installe son usine dans un lieu qui ne répond pas à sa vocation. Elle a enchaîné en déroulant un luxueux tapis rouge aux promoteurs immobiliers et en obligeant des fonctionnaires municipaux à produire une vidéo faisant l’apologie du développement, pour ensuite virer à 180 degrés et récemment s’être convertie à l’idée d’un moratoire sur les projets de développement.

Chemin faisant, elle s’est aliéné plus de la moitié des maires des municipalités voisines. Elle a maintenu le flou entourant le poste d’adjoint exécutif du maire, qui, dans la plus récente version de la réalité Bélair-Rolland, ne relève pas d’elle. Le tout assaisonné d’une généreuse dose de selfies où ses changements de costume s’enchaînaient à la vitesse d’un théâtre de boulevard. Il faut espérer que son dernier geste public, alors qu’elle a carrément censuré les propos de la conseillère Nathalie Lasalle pour mettre fin à une assemblée qui la mettait dans l’embarras, soit, justement, l’un de ses derniers gestes publics. Ce serait particulièrement approprié.

Une relève enthousiasmante

Reste que les électeurs doivent faire un choix le 7 novembre. Fort heureusement, il y a de nombreux candidats de qualité sur les rangs. D’entrée de jeu, il faut rendre hommage à ces gens qui ont le courage de s’avancer sur la place publique et de demander la confiance de leurs concitoyens.

J’ai déjà indiqué, dans un segment vidéo de TopoVocal, dans quelle direction pointe ma propre boussole électorale dans chacun des districts. Même si Vision Saint-Jérôme n’est pas une option sérieuse, les résidents de certains secteurs auront des choix déchirants à faire. Mais je vous invite, chers lecteurs, à faire un choix réfléchi. Il reste énormément de candidats de grande qualité sur les rangs. On sait déjà que le choix reflètera la volonté de la majorité: c’est l’assurance qu’offre la démocratie.

Parmi les candidats qui se détachent du lot et qui ont une feuille de route qui permet de juger de leur conduite, il faut mentionner André Marion, Mario Fauteux et Nathalie Lasalle, qui ont courageusement tenu tête à Maher et son régime. Ils sont à mon humble avis incontournables.

Pour les autres, je vous encourage à lire les programmes, à regarder les vidéos, et à choisir des gens qui vous ressemblent ou, encore mieux, à qui vous voudriez ressembler.  Les citoyens de Saint-Jérôme ont d’abord et avant tout besoin d’un conseil qu’ils peuvent regarder avec respect, qui leur parle avec transparence et clarté, qui soit au service du bien commun, et qui soit capable d’inviter toute la ville à reprendre un nécessaire dialogue sur les choix que nous ferons pour l’avenir.

Et à la mairie…

Dans l’ensemble, les programmes des partis municipaux sont rarement très différents. C’est normal: n’oublions pas que l’essentiel des activités d’une ville, c’est de fournir de l’eau et d’évacuer les eaux usées, d’enlever les ordures, d’entretenir et de déneiger les rues, et d’assurer la sécurité du public. C’est déjà plus de 90% du budget.  Même la gratuité du transport en commun, un grand changement qui est enfin arrivé ( et qui aurait été avant-gardiste… il y a 10 ans ) représente moins de 1% du budget de la Ville. D’ailleurs, la gratuité du transport en commun fait consensus. 

Le Mouvement jérômien a un programme exceptionnellement articulé et intelligent, et des idées innovantes qui, franchement, sont porteuses d’espoir. C’est le programme le plus avant-gardiste, ce qui signifie aussi qu’il est le moins réalisable.

Marc Bourcier et son équipe ont choisi un programme qui colle de près à la population, particulièrement aux Jérômiens enracinés. Avenir Saint-Jérôme n’est pas en reste non plus sur le plan de l’audace, car l’ambition de son groupe de faire abstraction de la ligne de parti, un changement réel de culture politique, est déjà en soi une révolution.  

À la mairie, ce n’est pas de l’âgisme que de souligner la très courte expérience politique de Marc-Olivier Neveu, qui, à mon regret, n’est pas candidat à un poste de conseiller. Il faut bien avouer que ses chances de victoire sont minces. S’il advenait que je me trompe, ou qu’il cause une surprise, Saint-Jérôme fera les frais d’une inévitable courbe d’apprentissage.

Entendons-nous, Neveu est un candidat intègre, intelligent et singulièrement motivé. J’ajouterais même qu’il sera un excellent maire… un jour. Il a soulevé avec pertinence et conviction qu’il pourrait, s’il était élu, compter sur l’expérience des membres de son équipe, ce qui est vrai.

Mais ce sont toutes des qualités que possède aussi Marc Bourcier, dont l’expérience est plus étoffée, et qui a été conseiller municipal et député. L’expérience de Marc Bourcier lui procure un ascendant qui sera nécessaire pour faire les virages qui s’imposent. Ce qui fait de lui le candidat le mieux qualifié.

Il en revient à nous tous de choisir, par notre volonté!

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

10 réflexions au sujet de “Par où pointe ma boussole électorale? D’abord, congédier Vision Saint-Jérôme”

  1. Réflexion très pertinente et qui me semble assez juste pour moi le nouveau citoyen de St-Jérôme. Merci d’avoir partagé le tout avec nous. Alain

    Répondre
    • Aucun candidat d’envergure ….ouff désolé mais Marc Bourcier a fait ses preuves dans la société Jéromienne comme professeur très respecté de ses étudiants qui pour bcp sont adultes aujourd’hui et en droit de voter, son passage en politique provinciale n’est pas à dédaigner, il connaît ses dossiers et ce passage à l’assemblée nationale ne peut que lui donner un avantage et du respect de la part des politiciens en poste .

      Répondre
  2. J’ai la chance d’habiter un endroit où quatre rencontres d’au moins une heure ont été organisées avec un candidat ou une candidate au poste de conseiller de district. Pas de débat entre candidats. Pas de candidats à la mairie. Juste les candidats au poste de conseiller de district. Juste le temps de nous exposer leur projet d’avenir pour le quartier. Juste le temps de répondre à nos questions et nous proposer leurs solutions. Eh bien je vous le dis, si chaque citoyen de la ville avait la même opportunité que moi, le X sur le bulletin de vote deviendrait bien facile à tracer pour le poste de conseiller municipal. Bien mieux qu’une petite visite de quelques minutes dans le cadre de porte. Après ces rencontres, il est facile de partager les candidats au réel potentiel et les « poteaux ».

    Répondre
  3. M. Charles avec tout le respect que je vous dois, vous y allez un peu fort de votre choix. En homme public par vos fonctions dans un domaine d’informations, vous vous devez d’avoir une peu de retenu. Vous avez certainement le droit de voter pour qui vous voulez mais de là à profiter de votre Topo Local pour exprimer votre choix en M. Bourcier , il y a probablement des limites.

    Répondre
    • L’analyse que j’ai faite de la situation m’a mené à une conclusion claire. J’ai donc choisi de l’exprimer. Je comprends que vous auriez souhaité que je m’en abstienne. C’est votre point de vue, et …ce n’est pas le mien! Cela ne fera pas de nous des adversaires. Ça fait simplement de nous des concitoyens qui échangent leurs idées. Publier cette analyse sans y mettre de conclusion m’aurait semblé manquer de courage. Par ailleurs je ne suis qu’un journaliste parmi d’autres, et un citoyen parmi des milliers. Bien sûr, je souhaite que mon texte puisse contribuer à la réflexion. Mais ni TopoLocal, ni moi-même n’avons de pouvoir sur le vote des citoyens. Ce sont eux, en dernière ligne, qui vont décider.

      Répondre
    • bien dit monsieur Bellemare il y a pas juste marc bourcier il y a monsieur neveu qui et un tres on choix je vote pour le mouvement jeromien

      Répondre
  4. Je dois malheureusement admettre que vous avez raison M. Bellemare. Pour en avoir discuter avec plusieurs qui suivre topolocal. Ce dernier, n est aucunement impartial, ne sachant pas encore pour qui voter nous réalisons de plus en plus qu aucun candidat est à la hauteur …

    Quoi qu il en soit le partie avec les conseillers exclus, selon-nous ne merite pas de revenir en politique. L équipe devrait pouvoir choisir son équipe …

    On dirait une guerre de rancune… passez à autre chose …

    Je ne sais pas encore pour qui voter mais le partie qui sera au pouvoir ne doit pas penser qu ils représente la population dans cette élection. Je dirais le partie sera le partie opportuniste sur certainnes erreurs du partie précédent.

    Triste pour Saint-Jérôme qui commençait à sortir de la carte .

    Répondre
    • Bonjour M. Bélanger,
      À lire votre commentaire, il faudra attendre que quelqu’un d’autre se présente à l’élection avant de voter!
      Je vais avoir besoin que vous précisiez votre pensée pour comprendre exactement ce que vous trouvez « aucunement impartial » en lisant nos textes. Notre position est claire, nous semble-t-il. On n’a pas de préférences partisanes et nos valeurs sont celles de la société: la justice, la transparence, l’accès à l’information, le bien du public en général.
      On fait aussi l’effort de reconnaître nos propres préférences et on appuie toutes nos opinions sur des faits vérifiables. Dans ce cas-ci, Charles ne vous dit pas de voter pour un candidat ou un autre. Il dit que M. Bourcier est, selon lui, le mieux qualifié. Est-ce que cette lecture vous influence au point de vous faire poser une croix à côté de son nom? On estime que chaque personne a le devoir d’exprimer son libre arbitre, surtout quand vient le temps de voter. Si la lecture de ce texte vous a fait réfléchir, l’objectif a été atteint.
      J’ai beaucoup de difficulté à comprendre ce que vous voulez dire en affirmant que « le partie qui sera au pouvoir ne doit pas penser qu ils représente la population dans cette élection. » Quel est le mécanisme que vous proposez pour que les prochains élus puissent représenter la population? Depuis plusieurs années un peu partout dans le monde, c’est un vote libre aux 4 ans, parmi les candidats qui ont manifesté leur intérêt pour faire ce travail.
      Et si possible, expliquez-moi aussi en quoi consiste la sortie de Saint-Jérôme de la carte, ça m’intéresse!

      Répondre
  5. Selon moi, les commentaires de Charles Michaud sont tout à fait appropriés. Un journal impartial et neutre, ça n’existe pas. Un journaliste présentera nécessairement un sujet en fonction d’un point de vue, ne serait-ce que par le choix des sujets qu’il abordera dans ses articles. Et c’est très bien comme ça. Le point de vue de Charles me permet de comparer ses réflexions aux miennes et de juger si ses commentaires vont ou ne vont pas dans le même sens que les miens. Je ne les prends pas comme des contraintes mais plutôt comme des pistes à suivre ou non. « Par où pointe ma boussole électorale? D’abord congédier Vision St-Jérôme. » est un éditorial; pas une nouvelle. Il est pertinent qu’il exprime une opinion. Je déciderai dimanche si je partage ou non ce point de vue. C’est la beauté de la démocratie.
    Continuez votre bon travail messieurs Michaud. La population de St-Jérôme a besoin de vous. Et des autres journalistes aussi.

    Répondre

Laisser un commentaire

TopoLocal