À l’usine des paniers de Noël du Club Optimiste Saint-Jérôme, un maillon de la chaîne de l’humanité

Charles Michaud 1 commentaire

Dans quelques centaines de foyers de la région, il y a eu quelques jours avant Noël un peu plus de nourriture pour les Fêtes. Il y a eu des cadeaux là où il n’y en aurait peut-être pas eu. Il y a eu un peu plus de joie et d’amour. Un peu partout autour de nous, ceux qui ont beaucoup partagent avec ceux qui ont peu.

Cette histoire est celle d’un petit garçon de dix ans qui s’est adressé à son école pour demander que sa famille reçoive un panier de Noël. C’est l’histoire de bénévoles qui ont pu le combler, lui, ses parents, ses frères et soeurs. C’est l’histoire de centaines de bénévoles qui ont fait des dons, de ceux qui les ont cueillis, de ceux qui ont préparé des boîtes, de ceux et celles qui les ont livrées. C’est l’histoire de généreux dons faits par des organismes, des institutions et des entreprises. Dans tous les quartiers et les villages de chez nous.

C’est une histoire que chacun et chacune vous racontera avec émotion, peu importe le rôle qu’ils jouent dans cette grande chaîne humaine.

Les lutines du Père Noël ont bien compris que l’on peut aussi danser en travaillant….

TopoLocal vous offre quelques photos saisies le matin du samedi 18 décembre, alors que les bénévoles du Club Optimiste de Saint-Jérôme préparaient des paniers de Noël. COVID oblige, le personnel de bénévoles aussi était limité.

Les quelques personnes que vous verrez au travail dans ce modeste reportage représentent des milliers de gens autour de nous qui ont contribué à cette grande tradition de partage. Dans les guignolées, les collectes de paniers, les dons, les corvées, les gens ont posé toutes sortes de gestes petits et grands, visibles et invisibles.

Il est toujours temps d’agir, et d’offrir à nos semblables de la bienveillance et de la générosité. J’emprunte les paroles de Nelson Mandela pour vous rappeler que « la lutte contre la pauvreté n’est pas un acte de charité. C’est un acte de justice. »

Observez bien le Père Noël agir en chacune des personnes sur ces quelques photos. Sachez qu’il y a des milliers de gestes similaires qui ont échappé à notre lentille.

On espère que vous avez tous passé un temps des Fêtes agréable. Avec paix et amour. Le grand arc de l’histoire humaine est bien imparfait mais, comme le veut la parabole, il nous appartient qu’il tende vers la compassion, l’égalité et la justice.

Le responsable de l’activité Normand Piché en compagnie de son comité. On y retrouve le conseiller municipal de Saint-Jérôme Jean Jr Desormeaux, vêtu du costume du Père Noël.
En collaboration avec d’autres organismes de bienfaisance, plus de 400 paniers d’épicerie ont pu être distribués à des individus et familles dans le besoin.
André Riopel a bien rigolé avec le Père Noël, au point d’en perdre momentanément son masque.
Gérard Bourcier du Club Optimiste en compagnie du Père Noël, du maire de Saint-Jérôme Marc Bourcier (aussi le frère de Gérard) et de Ronald Gill, membre du conseil d’administration de la Caisse Desjardins de la Rivière-du-Nord.
Des denrées fournies par de nombreux commanditaires et donateurs arrivent à l’entrepôt. Ici des bénévoles déchargent une camionnette du Metro Thibeault.
Travail à la chaîne!
Le maire de Saint-Jérôme Marc Bourcier et la conseillère municipale Carla Pierre-Paul en pleine formation de remplissage de boîtes, quelques moments avant de se mettre à la tâche.
Le garage qui abrite habituellement les autobus du réseau Exo était mis à la disposition des organisateurs par la compagnie Transcobec.
close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

1 réflexion à propos de <i>À l’usine des paniers de Noël du Club Optimiste Saint-Jérôme, un maillon de la chaîne de l’humanité</i>

Envie d'ajouter quelque chose? Les commentaires sont bienvenus ici, mais ils sont modérés.

TopoLocal