Un arbre dans un champ de Mirabel, début janvier 2022. Photo Charles Michaud/TopoLocal

Un arbre dans un champ de Mirabel, début janvier 2022. Photo Charles Michaud/TopoLocal

Bienvenue en 2022!

Charles Michaud 4 commentaires

Je débute donc cette année en vous parlant de TopoLocal. Je sais que c’est un peu narcissique de commencer en parlant de nous-mêmes, mais, comme le dit la chanson du Jour de l’an: « Ç’arrive rien qu’une fois par année! »

Je voulais donc vous dire que TopoLocal a été quasi absent de vos écrans durant le congé des Fêtes parce que nous avons pris un peu de recul. Il y a là-dedans du recul volontaire parce qu’on voulait se permettre une pause pour les fêtes à des fins personnelles ( oui, TopoLocal est fait par des personnes… ) mais aussi parce que nous profitons de ce temps pour prendre une pause professionnelle et repenser notre couverture des nouvelles locales et régionales. On prépare quelques nouveautés qui vont paraître sur vos écrans. Elles vont apparaître dans les semaines à venir.

Et la COVID! Le troisième élément, le virus lui-même, est venu nous jouer dans les pattes. TopoLocal repose beaucoup sur le travail de mon fils Louis-Xavier et moi-même, et nous avons été «covisités». Comme bien des gens, pas trop sérieux mais très contagieux. Trop contagieux pour sortir et circuler. Assez sérieux pour avoir le goût de ne rien faire plus souvent qu’autrement. Voilà donc pourquoi nous étions moins là.

Une bonne année?

Bienvenue en 2022, disais-je donc. Où que vous soyez, je vous souhaite une bonne année. Permettez-moi de vous souhaiter de ne pas être seuls, d’aimer des gens, de trouver des gens qui vous aiment. Et si vous y êtes arrivés déjà, je vous souhaite en plus de trouver quelque chose à faire qui soit juste et utile.

Je vous dis bonne année: évidemment, le premier janvier, ce n’est qu’un repère. Une fin d’année fiscale pour les comptables. Un nouveau nombre à mettre après la date du jour pour chacun d’entre nous. L’univers n’a pas basculé le soir du 31 décembre.

C’est quand même important de se le rappeler. On a toujours les mêmes défis devant nous: évidemment la COVID-19, mais aussi pas mal de questions climatiques et environnementales. Même les fins de siècle n’ont pas l’importance que les chiffres semblent leur donner. Si vous avez à peu près mon âge, souvenez-vous du bogue de l’an 2000…

Les chiffres qui changent n’ont rien à voir avec la continuité du temps. Il y a un peu de yin et de yang là-dedans. D’une part, le calcul rigoureux des calendriers qui égrènent les jours, qui organisent nos horaires, et qui nous laissent croire que nous avons un certain contrôle sur le temps. Mais d’autre part, il est clair que « tout se passe dans l’univers selon ses règles propres » comme on peut le lire dans le poème Desiderata. Ce qui signifie qu’on a beau chiffrer, planifier et organiser, on ne contrôle ni la propagation des virus ni les changements de notre atmosphère.

Je dis qu’on ne contrôle pas et tout de suite je dis que ce n’est pas tout à fait vrai. Que voulez-vous! Je suis ainsi fait. Il y a toujours de la place pour un doute. Une craque dans chaque certitude. C’est d’ailleurs par là, disait Leonard Cohen, que peut entrer la lumière.

On ne contrôle pas le comportement du virus mais on contrôle comment on se comporte. On ne contrôle pas les changements climatiques mais nous ( le gros nous, celui de nos ancêtres et de tous nos semblables ) sommes la cause indiscutable des changements climatiques.

Dans les deux cas, on peut agir, mais ça ne marchera pas si on agit seuls. Bon, je sais, c’est là que ça devient compliqué. Et politique en plus… On s’en reparle en cours d’année ou dans les commentaires ci-bas.

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

4 réflexions à propos de <i>Bienvenue en 2022!</i>

  1. 2022… nouvelle année ? Vraiment ?
    Ne serait-ce plutôt que la « saison 3 » d’une mauvaise télésérie ?

    Même scénario, mêmes acteurs, mêmes statistiques [avec un peu d’inflation], mêmes mesures et contre-mesures sanitaires que les deux dernières saisons [ou années]… La seule chose variant un peu, pour notre plus grand malheur, c’est la configuration des spicules de ce satané virus. Il est à souhaiter que nous en soyons aux derniers épisodes. Ça s’étire en longueur…

    Bonne année quand même et bon rétablissement aux artisans de TopoLocal !

    Répondre

Envie d'ajouter quelque chose? Les commentaires sont bienvenus ici, mais ils sont modérés.

TopoLocal