Les prochains juges de Saint-Jérôme seront-ils bilingues?

La rédaction de TopoLocal 3 commentaires

On mentionne beaucoup le nom de Saint-Jérôme ces derniers jours dans les médias à propos des langues parlées et/ou maîtrisées par les juges.

Lors d’une décision récente de la Cour du Québec rendue le mercredi 2 février, le juge Christian Immer a écrit que « le ministre de la Justice ne jouit d’aucun pouvoir quant à la rédaction des avis de sélection des candidats à la fonction de juge à la Cour du Québec ».

Cette décision était rendue après que le ministre de la Justice du Québec Simon Jolin-Barrette se soit opposé à l’exigence d’un bilinguisme français/anglais pour des candidatures de juge à Montréal, Valleyfield et Saint-Jérôme.

À l’Assemblée nationale ce jeudi, le premier ministre du Québec François Legault a dit que dans son parti, « un juge qui parle français mais qui ne maîtrise pas l’anglais devrait pouvoir être juge à Saint-Jérôme. »

Dans sa décision, le juge Immer a bien précisé que dans l’état actuel des choses, le ministre de la Justice n’a aucun droit de regard sur les paramètres des candidatures qui lui sont soumises bien qu’il soit celui qui choisit et nomme les juges à la Cour du Québec.

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

3 réflexions à propos de <i>Les prochains juges de Saint-Jérôme seront-ils bilingues?</i>

  1. des paroles et paroles et paroles de la chanson resume tres bien la position de nos droits francophone si nous voulons avoir raison au niveau francophone les palais justice aux lois plus ou moin adequate pour le francophone est a ce moment un prejudisce au debut de son proces mais tourner la piece vers l’anglophone les portes sont grande ouverte et pourquoi personne ne prendra le temp de tenter de savoir pourquoi depuit toujours ouff …

    Répondre
  2. Les juges sont nommé par des politiciens donc, assujetti à ces mêmes politiciens. La langue, la partialité de ces mêmes juges sont à géométrie variable et l’orientation de notre système de justice ne sera pas les droits de tous, mais bien les droits définis par la  »nouvelle normalité » qu’instaure ce gouvernement. La justice (les juges) va suivre ce que lui dicte celui qui le nourrit.

    Répondre
  3. Qu’un citoyen anglophone puisse être jugé en anglais à l’intérieur d’un délais raisonnable, ça me va mais, que l’on fasse une obligation de bilinguisme mur à mur pour l’ensemble des juges de notre district judiciaire, cela me semble abusif.

    Répondre

Envie d'ajouter quelque chose? Les commentaires sont bienvenus ici, mais ils sont modérés.

TopoLocal