La Loi sur les mesures d’urgence n’est pas nécessaire pour arrêter la manifestation à Ottawa, dit Rhéal Fortin

Bureau de Rhéal Fortin

« Justin Trudeau doit mettre ses culottes et faire cesser la manifestation d’Ottawa. Il n’a cependant pas besoin de Loi sur les mesures d’urgence pour agir en chef d’État »

Estimant que le gouvernement de Justin Trudeau a gravement manqué à ses responsabilités dans la gestion de la manifestation sur la colline parlementaire à Ottawa, le député de Rivière-du-Nord, à l’instar de l’ensemble du caucus du Bloc québécois, n’a pas l’intention de cautionner l’application de la Loi sur les mesures d’urgence au Québec. Le député réitère que le gouvernement fédéral peut et doit mettre fin immédiatement à la manifestation sur la colline Parlementaire, mais il n’y a aucune raison d’appliquer les dispositions de la Loi sur les mesures d’urgence au Québec. Le député annonce qu’il votera contre la proposition libérale de recourir à la Loi sur les mesures d’urgence

« La gestion de l’occupation de la colline parlementaire à Ottawa est à l’image du gouvernement de Justin Trudeau depuis le début de ce mandat : lent et voire inerte. Dès le début de la crise, le premier ministre a préféré se cacher plutôt que d’agir en leader. Aujourd’hui, le gouvernement libéral demande des pouvoirs exceptionnels au Parlement pour dissimuler son incompétence », de critiquer Rhéal Fortin. 

« Or, il n’a pas été prouvé que le gouvernement fédéral a pris toutes les mesures possibles pour mettre fin aux barrages avant l’imposition des mesures d’urgence. Toutes les manifestations et les blocages à Québec, au pont Ambassador entre Windsor et Détroit, à Sarnia, à Fort Érié, à Vancouver, à Emerson et à Coutts ont été démanteler sans avoir recours à la Loi sur les mesures d’urgence », d’expliquer Rhéal Fortin. 

« Qu’on se comprenne bien : il faut mettre fin aux manifestations dès que possible, mais je ne peux pas raisonnablement soutenir une action qui alimente les tensions au lieu de les résorber. Le gouvernement fédéral n’a absolument rien essayé, mais ne sachant plus quoi faire, et il tente un maquillage esthétique avec la nouvelle version de la Loi sur les mesures de guerre », d’ajouter Rhéal Fortin. 

Pas nécessaire au Québec

« L’Assemblée nationale, le gouvernement du Québec et le Bloc québécois ont interpellé le gouvernement à plusieurs reprises déjà pour lui signifier que le Québec, qui gère très bien la situation, n’a ni le désir ni le besoin que la loi fédérale sur les mesures d’urgence s’applique sur son territoire. Le premier ministre avait pris un engagement à circonscrire géographiquement l’application de sa loi. Malgré ça, le décret et le règlement qu’il a déposés appliqueraient les mesures sur l’ensemble du territoire, affectant des infrastructures de l’État québécois comme les hôpitaux ou les barrages », de dénoncer le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet.

« En proposant une Loi dont la portée et l’effet vont bien au-delà d’une intervention circonscrite au périmètre de la crise, Ottawa nie la volonté du Québec et ne tient aucunement compte du fait que l’État québécois parvient actuellement, sans intervention du fédéral, à contrôler la situation. Pire encore, Ottawa se donne avec cette loi un laissez-passer pour empiéter dans les juridictions du Québec. Dans ces circonstances, le Bloc Québécois votera contre la motion qui sera déposée pour appliquer la Loi sur les mesures d’urgence au Canada et au Québec », de conclure Rhéal Fortin.

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

Envie d'ajouter quelque chose? Les commentaires sont bienvenus ici, mais ils sont modérés.

TopoLocal