Yayne Harrison, de Sainte-Sophie, en pleine action sur un ring de lutte. Photo par Béatrice trudeau-Duquette

La Lutte Académie de Jacques Rougeau aura un concurrent de Sainte-Sophie

Louis-Xavier Michaud

Préparez vos mains en mousse et sortez le maïs soufflé, il y aura du talent local dans un grand concours pancanadien de lutte organisé par le légendaire Jacques Rougeau au printemps.

De Sainte-Sophie, la recrue Yayne Harrison participera à ce nouveau format de téléréalité qu’on retrouvera sur YouTube à partir du mois de mai. À 6 pieds 5 pouces et 205 livres, le jeune lutteur de 19 ans dit qu’il est « fort comme un lion mais bouge comme une gazelle ».

Il se mesurera à une quarantaine d’autres artistes/athlètes du ring, dont dix femmes, d’un peu partout au Canada pour terminer parmi les quatre finalistes de Lutte Académie. Ils remporteront une bourse de 5000$ et un stage de trois mois dans une école de lutte réputée aux États-Unis, la Nightmare Factory.

La vidéo de présentation de Yayne Harrison

YouTube video

De Yanic à Yayne

J’ai parlé à Yanic Brouillette, l’agent administratif du CISSS des Laurentides qui s’entraîne plusieurs fois par semaine depuis un an et demi pour faire naître ce personnage. « Je suis nouveau pour bien des gens parce que j’ai commencé à faire des combats devant public seulement en novembre 2021 mais ça fait longtemps que je m’entraîne », en ajoutant qu’il a été nommé recrue de l’année du son gymnase, le dojo de lutte Torture Chamber à Montréal.

Initié à la lutte par son père, le premier ring du jeune Yanic était la trampoline installée dans la cour derrière chez lui où il s’exerçait avec son frère. À l’école secondaire Cap-Jeunesse, il m’a confié que ses choix académiques étaient aussi motivés par son rêve de lutter un jour dans la WWE, la plus grande organisation de la discipline. « J’étais dans le profil d’anglais pour ma carrière internationale et j’ai fait aussi de l’art dramatique pour aider mon personnage de lutte. »

Pour les amateurs, Yanic décrit Yayne Harrison comme un lutteur athlétique qui fait des souplesses et des sauts périlleux arrière à la manière de Jeff Hardy et Shawn Michaels avec une attitude arrogante inspirée de Kevin Owens, un lutteur natif de Marieville qui a une carrière internationale bien établie.

Une passion de la lutte qui ne s’arrête pas pour Jacques Rougeau

Jacques Rougeau a bien essayé de prendre sa retraite de la lutte il y a quelques années, mais c’est la lutte qui ne le lâche pas. « C’est une passion qui brûle en-dedans de moi! Tout est parti d’une conversation à propos de Star Académie avec la chanteuse Marie-Élaine Thibert que j’avais invitée à mon podcast. Après ça, avec ma blonde, on a commencé à rêver et j’ai très hâte que ça commence! », dit-il.

La série de 12 émissions verra quatre lutteurs être éliminés chaque semaine, sur les 42 qui sont déjà sur la ligne de départ. « La moitié du talent vient du Québec et on va avoir besoin du public », dit M. Rougeau en détaillant la structure de la compétition. Des juges attribueront des notes qui compteront pour 40% du résultat. L’autre 60% viendra du public.

« C’est un super tremplin pour les lutteurs québécois et canadiens. L’école de lutte au Michigan, c’est l’école des grosses ligues qui viennent repêcher leurs futurs talents », ajoute-t-il.

Pour être certain de ne rien manquer de la suite, Jacques Rougeau invite tout le monde à s’abonner par courriel en visitant le site de l’émission à lutteacademie.ca.

Pour suivre Yayne Harrison lors de ses prochaines prestations: Facebook, Instagram, TikTok

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

Envie d'ajouter quelque chose? Les commentaires sont bienvenus ici, mais ils sont modérés.

TopoLocal