Antonio Bazinet dans la série Le son des Français d'Amérique, épisode 1.2 Envoyez de l'avant, nos gens

Y a-t-il un peu de Saint-Jérôme dans Heureux d’un printemps de Paul Piché ?

Charles Michaud 1 commentaire

C’est déjà annoncé, Paul Piché sera l’attraction principale des festivités de la Fête nationale à Saint-Jérôme. En fait son spectacle aura lieu le 23 juin, à compter de 20h30, dans le vaste parc Jacques-Locas situé à côté de l’École polyvalente. Oui il y aura un feu d’artifice, à 22 h 30.

Ce ne sera pas la première visite de Paul Piché à Saint-Jérôme. Il s’est produit en spectacle chez nous sur plusieurs scènes, grandes et petites, à plusieurs occasions.

Peut-être a-t-il rencontré Antonio Bazinet dans le parc Labelle

Il y a cependant un lien encore plus direct entre l’oeuvre de Paul Piché et Saint-Jérôme. Il suffit d’une brève écoute pour découvrir les liens entre Heureux d’un printemps, la chanson bien connue de Piché qui date de 1977, et La turlutte d’Antonio Bazinet, une pièce musicale qu’on attribue à ce bûcheron et violoneux originaire de Lantier, dans les Laurentides. Il a habité à Saint-Jérôme dans les dernières années de sa vie.

YouTube video
YouTube video

C’est Luc Bazinet, petit-neveu d’Antonio, qui nous raconte que son grand-oncle, que l’on surnommait Antony dans la famille, aimait bien s’installer dans le parc Labelle et jouer des airs de violon. Le folklore familial veut que ce soit là que Paul Piché aurait entendu La turlutte qui lui aurait inspiré une partie de la mélodie d’Heureux d’un printemps.

Luc Bazinet se souvient aussi d’un tournage à Lantier avec Antonio Bazinet, dans la vieille maison ancestrale faite de troncs d’arbre équarris à la hache, sur le chemin de la Source. L’équipe des documentaristes André Gladu et Michel Brault y ont rencontré le violoneux en 1974 pour la série Le son des français d’Amérique  qui vient récemment d’être numérisée dans le cadre du projet Éléphant avec la collaboration de la Cinémathèque québécoise.

Gladu avait auparavant été co-organisateur de ce que certains considèrent comme le premier festival de musique traditionnelle au Québec. Antonio Bazinet a participé à l’événement, dont on trouve un bref compte-rendu et quelques photos sur le site de la photographe Louise de Grosbois.

Des fèves pour regarder

La famille raconte que leur ancêtre violoneux, un homme qui a travaillé dur dans sa vie et qui avait été bucheron, aimait bien aller au restaurant après ses passages dans les chantiers et commander un steak… accompagné d’un plat de fèves au lard. Les fèves au lard, ce n’était pas pour manger, disait-il, mais il voulait, après plusieurs semaines du même repas au camp de travail, que les fèves le voient manger comme du monde!

TopoLocal n’a pas encore réussi à communiquer avec Paul Piché pour vérifier l’influence de La Turlutte d’Antonio Bazinet sur Heureux d’un printemps.

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

1 réflexion à propos de <i>Y a-t-il un peu de Saint-Jérôme dans Heureux d’un printemps de Paul Piché ?</i>

Envie d'ajouter quelque chose? Les commentaires sont bienvenus ici, mais ils sont modérés.

TopoLocal