Marc Bourcier

Les maires Marc Bourcier et Xavier-Antoine Lalande siégent au comité municipal sur l’itinérance de l’Union des municipalités du Québec

Le maire de Saint-Jérôme Marc Bourcier, et le maire de Saint-Colomban et préfet de la MRC de La Rivière-du-Nord Xavier-Antoine Lalande font partie du nouveau comité municipal sur l’itinérance de l’Union des municipalités du Québec (UMQ). Ils y sont à l’invitation du maire de Québec, Bruno Marchand. Une première rencontre se tenait le 30 janvier dernier. Le comité regroupe quatorze élus municipaux de partout au Québec.

Les villes du Québec ne veulent pas se contenter de constater que l’itinérance existe mais veulent mettre en place des moyens durables d’y pallier. Puisqu’il est toujours question  de budgets et d’y consacrer les ressources nécessaires, l’UMQ réalisera une étude pour documenter les coûts assumés par les villes en lien avec le phénomène de l’itinérance. Les villes tiendront aussi à l’automne 2023 un Sommet municipal sur cette question.

Par ailleurs l’itinérance sera au centre d’une conférence intitulée « Les municipalités, premières répondantes à la détresse sociale » dans le cadre des Assises 2023 de l’UMQ, qui se tiendront du 3 au 5 mai prochains à Gatineau.

Xavier-Antoine Lalande

Marc Bourcier a affirmé se joindre au comité avec enthousiasme. « En réunissant des maires et mairesses qui sont confrontés à une même réalité, nous pouvons mettre en commun nos expériences pour identifier ensemble les meilleures pratiques à l’échelle municipale. » Le maire de Saint-Jérôme entend bien mettre de l’avant le « modèle durable de réinsertion sociale La Hutte » dont la nouvelle maison d’hébergement ouvrira ses portes au printemps sur un terrain voisin de l’Église Sainte-Paule. Bien que La Hutte offre des services immédiats d’hébergement aux personnes itinérantes, le « modèle » auquel fait allusion Marc Bourcier repose sur un engagement des personnes itinérantes à cheminer, tout en étant encadrées, vers une réinsertion sociale.

Pour sa part, Xavier-Antoine Lalande estime que « les derniers mois ont été éprouvants socialement, » avec une hausse des problèmes d’itinérance. « Il est primordial de consacrer du temps et de l’énergie pour améliorer les services et les ressources financières pour aider les gens qui en ont le plus besoin. » Il a ajouté que lutter contre l’itinérance reflète des valeurs chères à toutes les communautés de la société québécoise.

Sous la présidence du maire de Québec Bruno Marchand, le nouveau comité réunit des élus d’une douzaine de villes québécoises et vise à identifier des moyens de prévenir et de lutter contre l’itinérance, en plus d’avoir l’ambition « de faire du Québec un exemple de bonnes pratiques à travers le monde. »

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

Envie d'ajouter quelque chose? Les commentaires sont bienvenus ici, mais ils sont modérés.

TopoLocal