Le transport adapté est un « désastre », disent ses usagers

Charles Michaud

Manque de chauffeurs, retards d’autobus, coupures de service, des passagers laissés sans raccompagnement, ce ne sont que quelques exemples. La liste des plaintes est longue et s’accumule.

Le Regroupement des usagers du transport adapté et collectif (RUTAC) de la MRC Rivière-du-Nord dénonce la situation « désastreuse » vécue par les utilisateurs du service. Parmi les causes de la situation chaotique, l’organisme souligne l’application de la Loi 17, survenue il y a 5 ans, qui est venue sabrer dans les effectifs.

Porte-parole de l’organisme, Suzanne Chénier explique que le RUTAC souhaite la mise sur pied d’une campagne de recrutement de chauffeurs ainsi que la création d’un programme de formation pour ces derniers. Le manque de chauffeurs crée de nombreux ratés et retards dans le service et les usagers voudraient que les chauffeurs soient formés pour être plus attentifs aux humains qu’ils transportent.

« On n’est pas des colis » scandaient plusieurs lors de la marche. « On souhaiterait aussi un programme qui obligerait l’utilisation de voitures universellement accessibles » ajoute Suzanne Chénier, soulignant que pour certaines personnes le simple fait d’embarquer ou débarquer d’un véhicule qui n’est pas adapté devient une épreuve épuisante.

Il faut que ça cesse immédiatement, dit le RUTAC, qui veut voir des mesures d’urgence de la part des décideurs et des améliorations concrètes. Le RUTAC rappelle que tous les individus ont le droit de se déplacer de façon sécuritaire pour vaquer à leurs occupations, se rendre à un rendez-vous médical, assister à un spectacle ou participer à une réunion familiale.

Manifestants du RUTAC dans l’entrée du bureau du député Youri Chassin.

Ce droit est bafoué pour de nombreux usagers représentés par le RUTAC, au détriment de leur qualité de vie. L’organisme affirme que les manquements en transport adapté sont de la discrimination. Les usagers vivent des inquiétudes, de même que des perturbations mentales et organisationnelles. Pour les personnes handicapées, le transport adapté leur permet de ‘’Vivre à part entière’’, un droit reconnu dans la politique gouvernementale québécoise pour une véritable participation dans une société plus inclusive, solidaire et équitable.

Le RUTAC organisait une manifestation le lundi 18 mars. Ils étaient environ une vingtaine, des usagers du transport adapté, accompagnés de sympathisants, dont le conseiller municipal Jacques Bouchard. Escortés par la police de Saint-Jérôme, ils se sont rendus au bureau du député provincial Youri Chassin afin de dénoncer la situation et exiger des changements majeurs.

Les manifestants ont passé une vingtaine de minutes devant le bureau du député de Saint-Jérôme Youri Chassin. « Nous savions que le député ne serait pas là » explique Suzanne Chénier, mais nous avons obtenu une bonne écoute de la part de son attaché politique.

Les revendications du RUTAC, qui touchent les MRC de la Rivière-du-Nord, Mirabel et Blainville, sont les mêmes pour des organismes similaires partout au Québec. Plusieurs manifestations étaient prévues à la grandeur de la province le même jour.

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

Envie d'ajouter quelque chose? Les commentaires sont bienvenus ici, mais ils sont modérés.

TopoLocal