Le maire de Saint-Jérôme Marc Bourcier.

Saint-Jérôme met le cap à l’ouest

Charles Michaud

Saint-Jérôme est une ville dont l’histoire est orientée nord-sud. La ville, qui s’est longtemps appelée « Le seuil des Laurentides » de par sa position au pied des montagnes, occupe une position centrale, à cheval sur des millions de déplacements annuels entre Montréal et la région des Laurentides.

Dans l’histoire, les axes nord/sud qui ont tracé le destin de Saint-Jérôme se sont succédés. D’abord la Rivière du Nord, ensuite le train, puis la route 117 ( jadis la 11 chantée par Jean-Pierre Ferland ) et maintenant, l’autoroute 15. La circulation intense sur la 15 à la hauteur de Saint-Jérôme en fait une des artères les plus achalandées au Québec. Avec ses services publics, ses centres commerciaux, ses industries, ses installations culturelles et sportives et ses institutions d’enseignement, Saint-Jérôme est une capitale régionale. Le développement dns l’axe nord/sud a toujours été plus ou moins la norme.

Jusqu’en 1950, Saint-Jérôme a tiré une partie de sa vigueur d’industries venues s’installer près du pouvoir d’eau de la Rivière du Nord. La construction de la 15, qui a atteint Saint-Jérôme en 1957, a vu naître de nouvelles industries et un premier parc industriel du côté ouest de l’autoroute. Tout le territoire plus à l’ouest se trouvait jadis sur le territoire de Bellefeuille. Cette municipalité, d’abord rurale puis ensuite résidentielle, a été annexée à Saint-Jérôme il y a un peu plus de 20 ans.

Le parc industriel de Saint-Jérôme, augmenté de ce « vieux Bellefeuille, » auquel se sont greffés des quartiers résidentiels au fil des ans, constitue en large partie ce qu’on peut appeler aujourd’hui le secteur ouest de Saint-Jérôme.

Le développement du secteur ouest

Le maire Marc Bourcier a dévoilé le 11 juin la vision stratégique de son conseil pour le développement du secteur ouest de la ville. L’annonce a été faite à la suite d’une événement intitulé Le Saint-Jérôme de demain, qui réunissait plus de 120 personnes issues des milieux d’affaires, institutionnels et communautaires. Cette approche, qui se veut « innovante et environnementale » vise à donner à Saint-Jérôme une carte de visite pour des opportunités d’affaires tout en créant un milieu de vie de qualité.

Le député de Saint-Jérôme Youri Chassin s’est joint au maire Marc Bourcier et au conseil municipal lors de l’annonce du développement du secteur ouest de la ville. Outre le maire et le député, on reconnaît les conseillers Jacques Bouchard, Michel Gagnon, André Marion, Stéphane Joyal, Carla Pierre-Paul, Martin Pigeon, Domiinic Boyer, Marc-Antoine Lachance, Ronald Raymond, Jean Jr. Desormeaux, et Nathalie Lasalle.

Une superficie de 18 millions de pieds carrés à vendre

La Ville a acheté, en 2023, plusieurs terrains totalisant 18 millions de pieds carrés dans le secteur de l’ancien aéroport de Bellefeuille. En conversation avec TopoLocal, le maire Bourcier s’est empressé d’ajouter « on veut d’ailleurs en conserver la moitié pour conserver des espaces verts afin de bonifier le réseau de parcs municipaux et lutter contre les ilôts de chaleur. On veut certainement attirer des industries, mais c’est essentiel que les gens qui iront habiter dans le secteur profitent d’un milieu de vie attrayant. La population nous a clairement dit qu’elle tient au respect de l’environnement et à un milieu sain. »

La Ville entend profiter de la vente de ces terrains pour réaliser sa vision de la « nouvelle économie de Saint-Jérôme, » qu’elle veut tournée vers les industries liées à la technologie et à l’électrification des transports. Évidemment cette stratégie s’appuie sur la présence de l’Institut du véhicule innovant, ( IVI ) installé dans le secteur depuis 2022.

Une croissance « équilibrée »

« À titre de capitale régionale, Saint-Jérôme a un pouvoir attractif considérable, a ajouté le maire, si nous nous en réjouissons, nous sommes conscients que cela crée une pression accrue sur les milieux urbains et naturels ainsi que sur les réseaux routiers. » Le maire estime qu’il faut une stratégie bien ajustée pour profiter d’investissements nouveaux et des emplois de qualité qui suivront. Il faut, dit-il, « nous enrichir collectivement, mais de façon durable et innovante ».

Bref, Saint-Jérôme souhaite créer « une ville dans une ville » à l’ouest de l’autoroute 15. » Des consultations débuteront dès l’automne pour planifier le développement du secteur et créer une fierté collective », a ajouté le maire Bourcier.

Le préfet de la MRC Rivière-du-Nord Xavier-Antoine Lalande a aussi pris la parole.

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

Envie d'ajouter quelque chose? Les commentaires sont bienvenus ici, mais ils sont modérés.

TopoLocal