TopoLocal fait des rénovations. Le contenu de l'été et d'autres fonctionnalités vont s'ajouter dans les semaines qui viennent.

Où seront les sentiers qui mènent au parc du lac Jérôme?

Nous publions ici une lettre ouverte de Jessica Riggi, résidente de Saint-Jérôme et adepte du Parc Jérôme avec sa famille. Mme Riggi est aussi doctorante en histoire de la gestion des risques environnementaux à l’Université du Québec à Montréal.

Avec une approche plus active, il existe aussi une pétition organisée par le groupe SOS Forêt du lac Jérôme qui demande que le secteur du lac Jérôme soit protégé à 100% par la Ville de Saint-Jérôme. Elle comptait plus de 4700 signatures au moment de publier ces lignes.

Protégeons la forêt bordant le Parc nature du lac Jérôme!

Dans le cadre du projet résidentiel « d’écoquartier » du Lac Jérôme, la mairesse St-Gelais a affirmé au cours de l’assemblée publique du conseil municipal de février « que jamais nous allons toucher à un centimètre du Parc nature du Lac Jérôme » et, dans les faits, personne ne peut la contredire. Le terrain acquis par la Ville sera effectivement épargné dans le cadre du projet immobilier si on omet de mentionner que le grand sentier sera sectionné par le prolongement de la rue Filion. Lors de cette même séance, la mairesse a même accusé certains citoyens inquiets de faire de la désinformation.  

Or, ce qui n’est pas dit par la mairesse est que la forêt qui borde les limites du Parc nature du Lac Jérôme et au sein de laquelle on trouve une multiplicité de sentiers pour les marcheurs, raquetteurs, skieurs et adeptes de vélo hivernal, sera rasée si le projet « d’écoquartier » proposé voit le jour. En effet, selon le plan fourni dans l’entente de principe, la grande partie de la forêt qui se trouve au sud-est du Parc et les sentiers qui sont généreusement entretenus par des bénévoles, que je tiens d’ailleurs à remercier, disparaissent tout bonnement si l’on en croit ce plan.

Outre l’importance de cette section de la forêt et, qui plus est, de l’ensemble de la forêt qui borde le Parc nature du Lac Jérôme pour la protection de la biodiversité en milieu urbain, dois-je vraiment évoquer son énorme popularité chez les citoyennes et les citoyens de Saint-Jérôme qui viennent s’y balader pour garder la forme, s’éloigner du bruit ou simplement pour profiter du grand air. La pandémie actuelle a grandement démontré la nécessité pour les villes de se doter de grands espaces verts accessibles à toutes et à tous. 

Si la Ville a investi une trentaine de millions pour construire un complexe sportif multifonctionnel, dont les usagers ne représenteront qu’une faible proportion des Jérômiens et des Jérômiennes, pourquoi les élus de la ville de Saint-Jérôme ne jugent-ils pas pertinent d’acheter l’ensemble de la forêt qui borde le Parc nature du Lac Jérôme? Voilà un projet qui serait réalisé dans l’intérêt de toutes et de tous et qui pourrait être qualifié d’écologique contrairement au projet « d’écoquartier ». Car comment peut-on qualifier « d’éco » un projet porté par un promoteur, qui selon le registre des lobbyistes du Québec, envisage de remblayer des milieux humides, un projet qui entend raser une partie du peu de forêt qui reste à Saint-Jérôme, un projet qui restreindra davantage le peu de lieux où peu encore florir la biodiversité en milieu urbain? C’est à se demander qui fait de la désinformation Madame la mairesse…

Par ailleurs, la mairesse parle de densification, une bonne idée certes, mais qui semble ici très mal pensée. Pourquoi la ville de Saint-Jérôme n’oblige-t-elle pas les promoteurs immobiliers à développer en priorité sur les terrains vacants ou contaminés du centre-ville? La décontamination de ces terrains contribuerait à l’amélioration de la qualité de l’environnement à Saint-Jérôme tout en permettant la densification, sans que davantage de zones boisées ne soient détruites.

Souhaitons que la mobilisation citoyenne qui est déjà bien entamée mettra un frein à ce projet « d’écoquartier » qui n’a « d’éco » que le nom et que les citoyennes et les citoyens de Saint-Jérôme profiteront des prochaines élections pour élire un parti qui a réellement de la vision pour la ville de Saint-Jérôme et, plus globalement, pour la protection de l’environnement sur cette planète. À ce jour, seul Marc-Olivier Neveu et le Mouvement Jérômien se sont clairement prononcés contre la mise en branle de ce projet.

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

7 réflexions au sujet de “Où seront les sentiers qui mènent au parc du lac Jérôme?”

  1. Moi j’aimerais que vous mettiez des tables de pique-nique au lac Jerome. Ce serait très apprécié
    Merci

    Répondre
  2. Le parc du Lac Jérôme est un véritable joyau de notre ville. Tout doit être fait afin de lui conserver intégralement cette vocation.
    Laissons à des urbanistes plus créatifs le soin de densifier nos quartiers centraux afin d’en faire de véritables milieux de vie.

    Répondre
  3. Je suis également en faveur de conserver ce boisé, cette foret, ces sentiers qui sont une raison qu en quittant Montréal il y a 2 ans j ai choisi de m établir a St-Jérome. Depuis 2016 je fréquente les sentiers étroits 12 mois par année de facon tres réguliere et j apprécie grandement ces moments grandement.

    Répondre
  4. Ce projet est-il une autre agression probable contre un espace vert intéressant : À Saint-Jérôme, un vaste projet domiciliaire d’une valeur estimée d’un milliard de dollars risque de voir le jour prochainement. L’œil critique de l’urbanisme de formation en moi cligne sérieusement. Ce projet qui se qualifie lui-même d’écoquartier risque de voir le jour entre l’aire protégée du lac Jérôme et l’actuel développement Montmartre. Je me pose plusieurs questions. Avons-nous réellement besoin d’un tel ensemble résidentiel? La ville de Saint-Jérôme est-elle au service de ses citoyens ou au service des promoteurs? Pourquoi souhaiter une telle croissance alors que des aires déstructurées urbaines auraient grandement besoin de revalorisation? La venue de ce développement augmenterait les revenus fiscaux de la ville et son poids démographique, soit, mais ce développement augmenterait assurément les dépenses de la ville. Il y aurait plus de monde donc plus de policiers, plus de pompiers, plus d’eau potable, plus de traitement des eaux usées, plus de congestion, plus de désert alimentaire dans une ville où il est pratiquement impossible de se rendre à pied faire des emplettes. En y pensant bien, une vraie question se pose, avons-nous réellement besoin de croissance à tout prix au bénéfice des gens de Saint-Jérôme? J’en doute. Est-ce vraiment un véritable écoquartier dont il est question? Encore une fois, j’en doute encore plus. Je ne demande qu’à être convaincu, mais les exemples de «mal développement» sont si abondants dans ma région que mon doute devient encore pire, pourquoi ne pas densifier davantage notre milieu urbain existant et profiter au maximum de notre train de banlieue en maintenant une ceinture verte autour de notre agglomération. Je le répète souvent: une ville se doit d’être au service de ses citoyens.

    Répondre
  5. J\’habite à st jérôme depuis 10 ans et de mon cartier je peux me rendre au lac par les sentiers du boisé et je vous garantie que si il disparait une des raison qui me fait rester ici disparaitra avec et c\’est très probable qu\’un pencarte à vendre pousse devans ma maison parce que ce n\’est pas le centre ville délabré et les rues de bagdad qui me garde icitte 🙂

    Répondre
  6. Bonjour je demeure près du parc et je suis découragé de voir encore nos chère élus aucunement sensibilisés à la déforestation la surpopulation la pollution il est temps de changer j’espère juste un nouveau conseil municipal plus favorable à la qualité de vie qu’à la maudite piastre .

    Répondre

Laisser un commentaire

TopoLocal